Contenu

Un après-midi dédié à l’urbanisme durable et résilient

 

M. Philippe Chopin, préfet du Puy-de-Dôme, a présidé jeudi 13 octobre 2022, un temps d’échanges organisé par les services de l’État et dédié à l’urbanisme de demain.

Organisée à VetAgro Sup, cette réunion a rassemblé plus de 100 élus, techniciens et acteurs de l’aménagement du territoire (communes, intercommunalités, porteurs de SCoT, Conseil départemental, parcs naturels régionaux, etc.) et s’est articulée autour d’une table ronde où des élus investis ont pu présenter leurs actions (cf. programme ci-joint).

Animé par une journaliste, Juliette Moyer, cet évènement a constitué un temps d’information, de retour d’expériences et de partage entre les élus, l’État et ses partenaires institutionnels afin de répondre aux objectifs fixés notamment par la récente « Loi Climat et résilience » du 21 août 2021.

Pourquoi cette journée sur l’urbanisme durable et résilient ?

Environ 20 000 hectares d’espaces naturels, agricoles et forestiers sont consommés chaque année en France et près de 1 ha par jour dans le Puy-de-Dôme. Le constat concerne les espaces urbains et périurbains comme les espaces ruraux. Or, une mobilisation excessive du foncier, patrimoine commun, entraîne d’importantes conséquences environnementales et économiques : perte de surfaces pour l’agriculture, la forêt ou les espaces naturels, réchauffement climatique, appauvrissement de la biodiversité, augmentation de l’exposition aux risques naturels, perte d’attractivité des centralités, etc.

Nombre de collectivités se sont déjà engagées en faveur de la réduction de la consommation des espaces, portée depuis plus de 20 ans par la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain (SRU). La « Loi Climat et résilience » du 22 août 2021 vient désormais préciser la trajectoire à mener et fixe l’objectif d’une transition vers un modèle de développement sobre dans sa consommation et son artificialisation des espaces.

Les questions sont nombreuses : quelles évolutions peuvent et doivent être engagées les communes et les intercommunalités ? Qu’est-ce que l’aménagement durable et résilient du territoire ? Comment en tant qu’élus accompagner cette transition ? Comment concilier attractivité du territoire et réduction des surfaces constructibles ? Comment mobiliser les bâtiments existants ?

Les présentations et les échanges ont montré que des solutions existent : programme « petites villes de demain », financements et fiscalités adaptés, travail sur les parcours résidentiels tout au long de la vie et en particulier pour nos aînés, mobilisation des logements et bâtiments vacants, outil d’analyse de friches industriels, documents d’urbanisme ambitieux, etc. L’aménagement de demain demande de l’innovation, de l’adaptation et un nouveau modèle de développement que certaines communes ont déjà commencé à déployer.