Contenu

Réunion 1er comité de pilotage chargé de la stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté

 

Le mardi 1er février 2022, le premier comité de pilotage (COPIL) chargé de la stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté réunissant l’État, le Conseil départemental et Clermont Auvergne Métropole s’est tenu en préfecture. Il était présidé par Philippe CHOPIN, préfet du Puy-de-Dôme avec, à ses côtés, Lionel CHAUVIN, président du Conseil départemental et, Olivier BIANCHI, président de Clermont Auvergne Métropole, ces deux collectivités étant engagées dans une contractualisation avec l’État.

Ce COPIL doit permettre une coopération renforcée des acteurs œuvrant dans le champ de la solidarité, de l’urgence sociale, de la petite enfance, de l’éducation et de l’insertion et de mettre au centre de son action le travail en profondeur sur les causes de la pauvreté.

Dans le Puy-de-Dôme, l’État a consacré :

• 2 638 929 € pour les trois premières années de contractualisation avec le Conseil départemental (avec un engagement des crédits de la collectivité a minima équivalent)
• 600 000 €, en 2010 et 2021, avec la Métropole (avec un principe similaire de participation de la collectivité à un minima équivalent)
• 1 428 884 € au cours des trois premières années (2019-2021) pour les mesures dites « hors contractualisations » dont notamment celles du Plan de relance économique de la France (2020-2022) mises en place par le gouvernement français dans le but de relancer l’économie française à la suite de la crise économique liée à la pandémie.

Au total, depuis le lancement par le Gouvernement de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté en 2019, l’État a investi 4 667 813 € dans le Puy-de-Dôme pour agir auprès des publics les plus fragiles.

Ce premier COPIL a notamment permis de croiser les actions de droit commun et les actions déployées dans le cadre de la stratégie pauvreté, notamment :
• les actions entreprises par les deux collectivités qui, après un démarrage progressif des deux contractualisations, impactées par la crise sanitaire, ont pu être engagées pleinement en 2021.
• les actions dites « hors contractualisations » financées, en complément des actions contractualisées, par des crédits nationaux et régionaux de la stratégie pauvreté et qui soutiennent des projets associatifs locaux permettant ainsi d’adapter les mesures entreprises aux besoins des territoires.

Par ailleurs lors de ce COPIL, les perspectives futures pour l’année 2022 ont aussi été examinées, lesquelles devront répondre aux enjeux locaux : accélération de l’ orientation des bénéficiaires du revenu de solidarité active, développement de la garantie d’activité départementale, mobilité inclusive, fracture numérique, insertion des jeunes et renforcement des dispositifs de soutien aux plus fragiles sur le plan psychologique.