Contenu

Recommandations en cas de vague de grand froid

 

Grand froid  : les enjeux de santé

Il faut distinguer les températures froides ordinaires observables en hiver des vagues de froid proprement dites, épisodes de plusieurs jours consécutifs pendant lesquels la température est exceptionnellement basse et pouvant s’accompagner de neige ou de verglas.

Quel risque pour la santé face à un froid extrême ?

Le froid agit sur la santé à plusieurs niveaux  :

  • Directement, occasionnant par exemple des hypothermies
  • Indirectement, comme dans le cas des intoxications au monoxyde de carbone.

Contrairement à la chaleur qui agit rapidement sur l’organisme, le froid peut avoir des effets rapides (hypothermies, asthme au froid, etc.) mais aussi retardés (accidents vasculaires cérébraux, infections respiratoires, etc.).

La neige et le verglas ont quant à eux des effets collatéraux tels que des traumatismes ou des intoxications au monoxyde de carbone. En effet, il existe un risque de fracture accru en hiver, dû aux chutes sur la neige et le verglas. Ces chutes peuvent avoir des conséquences à plus ou moins long terme (hospitalisations, etc.), en particulier chez les personnes âgées.

Par ailleurs en hiver, les épidémies de grippe et autres phénomènes infectieux, ainsi que les facteurs de risque comportementaux, peuvent également faire augmenter la mortalité et interférer avec le froid. Il est donc difficile de déterminer la part du risque lié au froid dans les pathologies hivernales.

Les mécanismes de thermorégulation

Les individus sont-ils tous égaux face au froid extrême ?

Plusieurs facteurs de risque peuvent intervenir lors de froid extrême et accentuer une inégalité  :

Les facteurs individuels

  • Les enfants et les personnes âgées
  • Certaines pathologies
  • La consommation de certains médicaments, de drogues et d’alcool

Les facteurs sociaux

  • Les personnes sans ressources pour se chauffer (sans abri, habitat insalubre, précarité énergétique)

Les facteurs professionnels

  • Les travailleurs en l’absence de l’utilisation d’une tenue appropriée pour affronter le froid

Quelles mesures pour prévenir les risques liés au froid ?

En période de froid, des gestes simples permettent d’éviter les risques tout en prêtant une attention accrue aux enfants et aux personnes âgées qui ne se plaignent pas du froid  :

  • Ne pas surchauffer son logement
  • S’assurer de la bonne ventilation de son logement, pour renouveler l’air
  • Faire réviser sa chaudière par un professionnel qualifié et éviter l’utilisation en continu d’appareils de chauffage d’appoint à combustible.
  • Se couvrir convenablement, notamment au niveau des extrémités et de la tête ou les déperditions de chaleur corporelles sont les plus importantes, mais aussi du nez et de la bouche pour respirer moins d’air froid.
  • Utiliser de bonnes chaussures afin d’éviter les chutes sur la neige ou le verglas.
  • Limiter les efforts physiques.
  • Ne pas sortir les nourrissons et les jeunes enfants, même bien protégés.
  • Face à une personne sans abri ou en difficulté dans la rue, appeler le 115.

Malgré les idées reçues, la consommation d’alcool ne réchauffe pas. Au contraire, cela peut s’avérer dangereux car l’engourdissement fait disparaitre les signaux d’alerte du froid et on ne pense pas à se protéger


Les intoxications au monoxyde de carbone peuvent concerner chacun de nous. Adoptez les bons gestes pour réduire les risques

En période hivernale, les risques d’intoxication au monoxyde de carbone (CO) augmentent, en lien avec l’utilisation des appareils de chauffage. Chaque année, ce gaz toxique est responsable d’une centaine de décès en France. Invisible, inodore et non irritant, le monoxyde de carbone est indétectable. Des gestes simples contribuent pourtant à réduire les risques.

Pour limiter les risques d’intoxication, adoptez les bons gestes

Les appareils utilisant des combustibles (gaz naturel, bois, charbon, fuel, butane, propane, essence ou pétrole etc.) pour la production de chaleur ou de lumière sont tous susceptibles, si les conditions de leur fonctionnement ne sont pas idéales, de produire du monoxyde de carbone (CO).

- Avant l’hiver, faites systématiquement vérifier et entretenir les installations de chauffage et de production d’eau chaude, ainsi que les conduits de fumée (ramonage mécanique) par un professionnel qualifié dans votre résidence principale et secondaire le cas échéant ;
- Aérer au moins 10 minutes par jour votre logement, même s’il fait froid ;
- Maintenez vos systèmes de ventilation en bon état de fonctionnement et n’obstruez jamais les entrées et sorties d’air ;
- Respectez systématiquement les consignes d’utilisation des appareils à combustion indiquées par le fabricant : ne jamais faire fonctionner les chauffages d’appoint en continu ; placer impérativement les groupes électrogènes à l’extérieur des bâtiments ; ne jamais utiliser pour se chauffer des appareils non destinés à cet usage : cuisinière, brasero, barbecue, etc.

En collectivité, il convient d’être particulièrement attentif : les intoxications liées à l’utilisation de chauffages à gaz sont fréquentes.

Réagir rapidement : aérer et appeler les secours

Les symptômes - maux de tête, fatigue, nausées - apparaissent plus ou moins rapidement et peuvent toucher plusieurs personnes au sein d’un même foyer.
Une intoxication importante peut conduire au coma et à la mort, parfois en quelques minutes. Il faut donc agir très vite. En cas de suspicion d’intoxication :

- Aérez immédiatement ;
- Arrêtez si possible les appareils à combustion ;
- Evacuez les locaux ;
- Et appelez les secours en composant le 15, le 18 ou le 112 (et le 114 pour les personnes malentendantes).

La prise en charge des personnes intoxiquées doit intervenir rapidement, dès les premiers symptômes, et peut nécessiter une hospitalisation.

Chaque année, environ 1 300 épisodes d’intoxications au CO survenus par accident et impliquant près de 3 000 personnes sont déclarés aux autorités sanitaires.

Une brochure pour informer sur les réflexes qui protègent

Le dépliant « Les dangers du monoxyde de carbone, pour comprendre » présente les dangers de ce gaz, les appareils et les installations susceptibles d’émettre du CO, ainsi que les bons conseils pour éviter les intoxications. Il est diffusé auprès des mairies, des services de protection maternelle et infantile (PMI), des laboratoires d’analyses médicales.

Pour en savoir plus :
- Ministère des Solidarités et de la Santé
- Outils d’information de Santé Publique France

Télécharger le communiqué de presse - Les intoxications au monoxyde de carbone