2019

Contenu

Travaux d’effacement de la protection de berge de l’île des Cailloux sur la commune de Maringues

 

Par arrêté préfectoral du 27 mars 2019 a été prescrite l’ouverture
d’une enquête publique relative à la demande d’autorisation environnementale
concernant le projet de travaux d’effacement de la protection de berge de l’île des
Cailloux sur la commune de Maringues, présenté par le Conservatoire d’espaces
naturels d’Auvergne.

Cette enquête publique d’une durée consécutive de trente-deux jours se déroulera du mardi 23 avril 2019 à 9 h au vendredi 24 mai 2019 à 17 h.

Les observations

Monsieur Claude RAYNAUD Luzillat, le 23 mai 2019
La BARBINE
63350 LUZILLAT.

Monsieur Gérard THIALLIER
Commissaire enquêteur
Mairie de MARINGUES.

Monsieur le commissaire enquêteur,
La lecture du dossier concernant le projet d’enlèvement d’enrochements à l’ile des Cailloux amène les observations suivantes de ma part.

  • Les études d’incidences moyens-long terme sur les conséquences de la suppression de l’enrochement reposent beaucoup sur de la bibliographie et rien n’est précisé quant au risque sur les habitations situées en aval, que ce soit à la Métairie Basse, commune de Vinzelles ou à Vialle, commune de Luzillat, dont je suis le Maire. Qui supportera la protection ou la remise en état de ces villages en cas de dégradation : la commune, l’initiateur du projet, l’Etat ? Je pense nécessaire d’avoir une instance de suivi et d’anticipation de ces risques potentiels. Chacun doit supporter les conséquences de ses actes.
  • Je suis aussi surpris du questionnement sur les 2 possibilités d’accès au site. Il est impensable de créer un chemin qui va traverser de la forêt alluviale et aussi un bras mort de l’Allier pour rejoindre le chemin existant nécessitant des aménagements importants. Cette création est totalement contraire à l’état d’esprit de préserver la biodiversité et le site. La réglementation du secteur impose aux particuliers des règles qui ne s’appliquerait pas au porteur du projet. Je comprends la contrainte de la traversée du camp des gens du voyage, il s’agit tout simplement de respecter l’ordre républicain dans un état de droit. Les riverains subissent déjà les divagations répétées des animaux, il serait difficile de voir encore une adaptation de la loi.
  • Je précise également que le compte-rendu de la réunion du 16/10/2018 n’est pas un compte-rendu contradictoire, et pour certains participants, ne reflète pas totalement la teneur des échanges.

Espérant que ces remarques retiendront votre attention, je vous prie de croire, Monsieur Le Commissaire Enquêteur, en l’expression de mes sentiments respectueux.

Claude RAYNAUD.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------