Contenu

Tout sur le passage à 80km/h le 1er juillet 2018

 

Le 1er juillet prochain, la vitesse maximale autorisée passera à 80km/h sur certaines routes> on vous explique tout sur cette mesure qui devrait permettre de sauver 300 à 400 vies par an.

 

L’abaissement de la vitesse sur les routes secondaires est une mesure de rupture, prise après deux années de hausse de la mortalité routière suivies de deux autres années de stagnation.

La vitesse est la première cause des accidents mortels en France (31%) et dans le Puy-de-Dôme. Agir sur la vitesse permet de diminuer le nombre des accidents de la route et leur gravité.

Pourquoi ce type de route ? (Route à double sens sans séparateur central)

C’est le réseau routier sur lequel les accidents mortels sont les plus fréquents. En 2016 55% des accidents mortels ont eu lieu sur ces routes soit 1 911 personnes tuées.

Dans le Puy-de-Dôme : Les 19 voies où ont été observés les plus grands nombres de tués, représentant seulement 10% de la longueur totale des routes sans séparateurs médian, concentrent 50% des tués. Le nombre total de tués sur les voies sans séparateur médian dans le Puy-de-Dôme (entre 2006 et 2015) : 218.

L’objectif de cette mesure est d’épargner des vies en ciblant à la fois la première cause de mortalité et les lieux les plus accidentogènes : en 2017 dans le Puy-de-Dôme, la vitesse est en cause dans un accident mortel sur deux et les routes secondaires concentrent 65% de ces accidents.


Selon le comité des experts du Conseil national de la sécurité routière (rapport du 29 novembre 2013), une réduction de la vitesse maximale autorisée à 80 km/h sur les routes à double sens sans séparateur central permettrait de sauver entre 300 et 400 vies par an.


Cet abaissement permettra notamment de diminuer les distances d’arrêt :

Plus la vitesse d’un véhicule est élevée, plus la distance d’arrêt sera grande.
Exemples :
A 80 km/h, la distance d’arrêt est de 57 m.
A 90 km/h, la distance d’arrêt est de 70 m.
En cas de freinage d’urgence, on parcourt donc 13 mètres de moins.

Cette mesure permet une diminution des émissions polluantes dans l’environnement : baisse d’émission des polluants allant jusqu’à 30 %.

Informations pratiques :

Quelles sont les routes concernées ?
La mesure s’applique sur les routes bidirectionnelles sans séparateur central.
Exception faite des portions à 2x2 voies et à 3 voies conçues pour des dépassements sécurisés.
Par route avec séparateur central, il faut entendre routes physiquement séparées par une ou deux glissières métalliques, en béton ou par un terre-plein qui peut accueillir de la verdure. Une ligne blanche, des zébras ne sont pas un séparateur central.
Le gestionnaire peut décider de maintenir une vitesse à 80 km/h sur un axe à 2*2 voies séparés par un terre plein central. L’autorité détentrice du pouvoir de police de la circulation pourra toujours prendre (grâce aux dispositions
du code de la route et du code général des collectivités territoriales) des mesures plus restrictives, par exemple diminuer encore la vitesse maximum autorisée (VMA).
Dans le Puy-de-Dôme : 6000 sur les 7200 km que compte le département seront concernés.

Panneaux et signalisation

> Remplacement des panneaux.
Au 1er juillet 2018 tous les panneaux de limitation de vitesse à 90 km/h sur les routes concernées par la mesure devront être soit déposés ou bâchés soit remplacés par un panneau « 80 ».
Les gestionnaires vont implanter les panneaux quelques jours avant l’entrée en vigueur de la mesure, mais les panneaux « 80km/h » devront rester masqués jusqu’au 01/07/2018.

> Coût / Nombre de panneaux :
Au total, selon le recensement effectué à ce jour par les autorités détentrices du pouvoir de police de la circulation, 11 000 panneaux de signalisation seront modifiés sur tout le territoire. (Environ 180 dans le Puy-de-Dôme).
Le coût du changement de tous ces panneaux de signalisation est estimé entre 6 et 12 millions d’euros. Le coût d’un panneau n’est pas unique. Il varie en fonction de la quantité de panneaux commandés, de la taille du panneau, de sa classe de rétro réflexion. Le coût pour le Puy-de-Dôme est estimé à 30 000 euros.
L’État remboursera aux collectivités les travaux entrepris.

> Localisation des panneaux ?
La vitesse limite de 80km/h à partir du 1er juillet sera inscrite dans le code de la route et sera la vitesse du régime général. Il n’est donc pas obligatoire de poser des panneaux 80km/h.
Toutefois à titre d’information, cela peut être utile à certains emplacements (ex : en remplacement des 90 si cette précision est toujours jugée nécessaire + avant les dispositifs de contrôle sanction automatisé fixes).
Ces panneaux de limitation de vitesse 80 n’ont pas vocation à être répétés à une très grande fréquence, compte tenu des enjeux de sécurité inhérents aux interventions des personnels pour les poser, les entretenir ainsi que l’environnement de cette signalisation (obstacle fixe).

> Signalisation au sol
La mesure VMA80 ne nécessite pas spécialement de modification de la signalisation au sol, mais certains gestionnaires peuvent souhaiter conduire un état des lieux concernant la cohérence de la signalisation le long d’un itinéraire.

Radars et contrôles
Au 1er juillet 2018, tous les radars situés sur les routes concernées par le changement de vitesse seront paramétrés à la nouvelle vitesse limite autorisée.
Leur mise à jour est effectuée à distance.
Aucun nouveau radar n’accompagnera la mise en œuvre de la mesure.

Piétons et vélos
Les aménagements de passages piétons sont interdits sur les routes à 90. Ils resteront interdits sur les routes à 80.
À terme, la mesure contribuera à faciliter la mise en place d’aménagements cyclables ou de cheminements piétons car la largeur minimale de chaussée requise pour une VMA de 80 est légèrement inférieure à celle requise pour une VMA de 90.

Entrée en vigueur
Bien que le 1er juillet 2018 soit un dimanche, il n’est pas prévu de décaler le jour d’entrée en vigueur de cette mesure.
Il ne s’agit pas d’une mesure expérimentale mais d’une disposition inscrite par décret en Conseil d’État dans le code de la route.
Le Président de la République a confirmé la décision prise par le Premier ministre d’instaurer une clause de rendez-vous dans deux ans afin de faire le point sur les effets produits par cette mesure. A cet effet, un dispositif d’évaluation est mis en place afin de pouvoir quantifier le gain
effectivement réalisé.

Que deviennent les limitations spécifiques ?

> Limitation de la vitesse en cas de pluie
La vitesse maximale autorisée restera à 80 km/h (pas de modification du II de l’article 413-2 du code de la route).
En revanche il convient d’adapter sa vitesse aux conditions météorologiques, de visibilité, d’adhérence.
Par ailleurs, la VMA fixée à 90km/h sur certaines sections (tronçons à 3 et 4 voies en cours de recensement) est, comme aujourd’hui réduite à 80km/h en cas de pluie. Cela ne nécessite pas de panneautage particulier.

> Limitation jeunes conducteurs (permis probatoire) et poids-lourds 
La VMA pour les jeunes conducteurs et pour les PL restera inchangée (80 km/h).
Plus de différenciation entre jeunes conducteurs et les autres car l’un des objectifs de la mesure est d’énoncer des règles simples et compréhensibles.
En revanche, sur les sections relevées à 90 km/h, les PL et les conducteurs novices restent limités à 80 km/h.

> Véhicules articulés ou avec remorques dont le poids total est supérieur à 12 tonnes
Les règles ne changent pas pour ces véhicules : la vitesse maximale reste pour eux à 60 km/h hors des routes à caractère prioritaire et signalées comme telles.