Contenu

Sécurité routière : les grandes orientations pour le Puy-de-Dôme

 

Le 5 avril 2018, M. Jacques BILLANT, Préfet du Puy-de-Dôme a présenté les grandes orientations de la sécurité routière dans le département, en compagnie de M. Eric MAILLAUD, Procureur de la république à Clermont-Ferrand, de M. Marc FERNANDEZ, directeur départemental de la sécurité publique et de M. le Général Philippe OTT, commandant du groupement de gendarmerie départemental.

Dans un contexte de reprise de l’accidentalité routière depuis 2013, l’objectif de passer sous la barre de 2000 morts en 2020 nécessite une mobilisation de l’ensemble des acteurs du secteur public comme privé pour réduire l’accidentalité.

Le document général d’orientation (DGO) que chaque département a élaboré en 2017, pour la période 2018-2022, constitue un outil de programmation qui définira les orientations d’actions à mener mais également un outil d’analyse pour susciter la mobilisation locale et renforcer la sécurité routière en réduisant le nombre d’accidents.

Le document identifie 8 enjeux qui constitueront la trame de l’action des services concernés et en premier lieu les forces de sécurité et le Service Transport et Prévention des Risques Routiers de la direction départementale de protection des populations.

Téléchargez le dossier de presse - présentation DGO (format pdf - 123.3 ko - 05/04/2018)

Les 8 enjeux du DGO 2018 / 2022 dans le Puy-de-Dôme

  • Le risque routier professionnel. L’accidentalité liée à un déplacement professionnel et/ou aux trajets domicile/travail représente la 1ère cause de mortalité au travail et 1/3 de l’accidentalité totale dans le Puy-de-Dôme( accidents, tués, blessés hospitalisés). Il est un enjeu de taille pour la sécurité routière eu égard au nombre d’accidents et de victimes qu’il engendre.
  • La conduite après usage d’alcool et de stupéfiants. plus de 30 % des accidents mortels dans le Puy-de-Dôme sont liés à l’alcool, sans que cette proportion décroisse d’une année sur l’autre. La consommation de psychotropes et en tout premier lieu d’alcool, reste, avec la vitesse, le 1er facteur d’accident mortel dans le Puy-de-Dôme.
  • Les jeunes (14-29 ans). Une diminution de 35% des tués jeunes est constatée entre les périodes 2007-2011 et 2012-2016. En ce qui concerne les blessés hospitalisés, la baisse est de 7% . Il convient toutefois de relativiser ces bons résultats car les jeunes et en particulier les 18-24 ans demeurent largement surreprésentés dans l’accidentalité locale avec 18% des tués et 16 % des blessés hospitalisés, pour 9% de la population du Puy-de-Dôme.
  • Les Seniors (plus de 65 ans). Depuis 2014 le nombre de seniors tués a pratiquement doublé et ils représentent maintenant 1/3 des tués. En 2017, ces chiffres se confirment avec près de 40 % des tués. Cette forte implication semble se pérenniser. Le même constat s’observe à l’échelle nationale. Les seniors sont largement surreprésentés dans les victimes piétons et cyclistes. Cela est dû d’une part au fait qu’ils favorisent ces moyens de déplacement, d’autre part à leur fragilité physique.

On constate une double tendance de l’évolution de l’accidentalité des seniors et des jeunes. Les jeunes sont surreprésentés mais passent sur la période 2012/2016 de 25% des victimes graves à 15%, pour une part de la population égale à 9%. Les seniors suivent le chemin exactement inverse. Les jeunes demeurent surreprésentés, mais de manière moindre, alors que les seniors étaient sous-représentés et deviennent surreprésentés.

  • Les deux-roues motorisés. Dans le Puy-de-Dôme, sur la période 2012-2016, les motards représentent 18% des tués et 20 % des blessés hospitalisés pour moins de 2% du trafic routier total. Le nombre de blessés hospitalisés a augmenté de 7%.Le Puy-de-Dôme demeure confronté à une accidentalité forte et surtout en hausse des deux-roues motorisées.

L’accidentalité des deux roues motorisées concerne pour 85% des hommes. Les motards sont responsables de leur accident dans 50% des cas.

  • La vitesse. D’un point de vue statistique, le facteur vitesse n’apparaît pas à sa juste valeur dans les facteurs d’accident car il est difficile de déterminer son impact réel. Les enquêtes montrent que dans tous les cas il reste un facteur aggravant.

Entre 2013 et 2016, au niveau national, comme dans le Puy-de-Dôme, une augmentation des vitesses moyennes pratiquées sur le réseau autoroutier a été observée. Pendant cette période, sur l’A75 dans les sections limitées à 130 km/h, l’augmentation de la vitesse moyenne est de 6 km/h (5.5 %) ce qui est considérable. Dans le même temps, on constate une baisse du nombre d’accidents sur autoroute mais une augmentation de leur gravité avec une hausse de 5% des décès et de 10 % des blessés hospitalisés. On peut affirmer qu’il y a un lien entre l’augmentation de la vitesse et l’aggravation des conséquences des accidents sur autoroute.

  • Les distracteurs de conduite. Nous manquons de données statistiques fiables, aussi bien localement que nationalement, pour quantifier l’influence directe des distracteurs sur l’accidentologie. Toutefois les études IFSTTAR-INSERM montrent que 3,1% des automobilistes, 5,2% des conducteurs de véhicules utilitaires et 4,9% de conducteurs de poids-lourds utilisent un téléphone tenu en main ou à l’oreille.
  • Le partage de la voirie. Le partage de la voirie concerne tous les usagers et en particulier la protection des usagers vulnérables que sont les piétons et les cyclistes. Dans le Puy-de-Dôme, comme dans le reste de la France, la mortalité est assez forte pour les piétons et faible pour les cyclistes. Les usagers vulnérables que sont les piétons, les cyclistes et les motards sont un enjeu primordial pour améliorer la sécurité des usagers de la route dans le Puy-de-Dôme. La notion de partage de la voirie doit prendre toute sa valeur dans les messages et les actions à venir.

Des actions pour 2018

3 orientations du DGO seront particulièrement mises en œuvre durant l’année 2018

  • « Faire une priorité de l’organisation des actions en entreprise ». Le plan départemental de sécurité routière (PDASR) favorisera l’organisation d’actions en entreprise. Cela permettra de toucher un large public, touché par l’insécurité routière sans en avoir forcément conscience. La Gendarmerie Nationale (Escadron Départemental de Sécurité Routière) à déjà effectué des opérations et d’autres sont programmées.
  • « Sensibiliser l’ensemble des usagers à la problématique piétons seniors ». La coordination sécurité routière organise une action Seniors le 26 avril prochain à Clermont-Ferrand avec focus sur les piétons. D’autre actions seront organisées tout au long de l’année.
  • « Développer les formations post permis 2RM à tout âge » : Le Service Transport et Prévention du Risque Routier de la Direction Départementale de la Protection des Population organise le 2 juin 2018 sur le circuit d’Issoire la manifestation « VULCANIX ». Il s’agit d’une manifestation d’envergure où les motards seront sensibilisés à la maitrise de leur moto, au choix des bons équipements….