Contenu

Sécurité routière : bilan estival en demi-teinte dans le Puy-de-Dôme

 

Si le nombre de morts sur les routes du Puy-de-Dôme est en légère baisse, le bilan de l’été est plutôt négatif dans le département. Le mois de septembre est au contraire plus encourageant.

Le Préfet du Puy-de-Dôme appelle une nouvelle fois à la vigilance de tous : automobilistes, deux-roues et piétons, afin de contribuer, ensemble, à rendre les routes du département plus sûres.

 


Sur la période du 1er janvier au 3 octobre 2018, 25 tués sont à déplorer sur les routes du Puy-de-Dôme. En 2017, sur la même période, on dénombrait 26 tués.

Les chiffres des accidents et des blessés sur les routes du département restent globalement positifs : 209 accidents entre janvier et octobre 2018 contre 241 en 2017 sur la même période(soit -13%) 258 blessés en 2018 contre 318 en 2017 (soit -19 %).

Mais ces éléments de bilan font suite à un été qui a enregistré une hausse de 15 % des accidents, qui ont entraîné 9 % de victimes graves supplémentaires, dont 4 tués de plus : 7 tués pour la période de juin à septembre 2017, contre 11 victimes pour cette même période en 2018.

En septembre, aucun tué n’a été à déplorer. Le dernier mois « blanc » remonte à juillet 2017.

En conséquence, le Préfet en appelle à la vigilance de chacun, notamment pour adopter les bons réflexes sur la route . La non-maîtrise de la vitesse et la consommation d’alcool sont toujours autant impliquées dans les accidents de la circulation. Mais certains gestes, oublis, ou mauvais comportements, même en apparence anodins, perdurent alors qu’ils ont potentiellement des conséquences désastreuses :

- Le non-respect des distances de sécurité, de même que l’absence ou la mauvaise utilisation du clignotant sont constatés régulièrement par les Forces de l’Ordre qui ont mené des opérations ciblées sur ces mauvais comportements ;

- Il en va de même pour l’usage du téléphone au volant (appels, SMS ou internet) qui est à l’origine d’un nombre important d’accidents, y compris mortels. Il faut rappeler qu’en cas d’accident corporel, l’éventuelle manipulation du téléphone est recherchée par les enquêteurs pour engager la responsabilité pénale du conducteur fautif. L’utilisation d’un téléphone portable ou d’un kit main-libre au volant est sanctionné de 135€ d’amende et d’un retrait de 3 points sur le permis de conduire ;

- Enfin, le port de la ceinture est bien rentré dans les mœurs, mais il reste encore un certain nombre de conducteurs qui ne s’attachent pas. A titre d’exemple, en agglomération, entre 15 et 20 % des passagers arrières (dont les enfants) ne sont pas attachés. Pourtant, le port de la ceinture peut faire la différence entre un simple accident matériel et des blessures graves avec des séquelles irréversibles.
Les forces de sécurité restent mobilisées afin de sensibiliser mais aussi de sanctionner les contrevenants qui, en ne respectant pas le code de la route, mettent en danger leurs proches et tous les usagers de la route.