Contenu

Réunion du service public de l’emploi départemental le jeudi 28 avril 2022 : déploiement du Contrat d’Engagement Jeune (CEJ) et mobilisation des services pour le recrutement d’urgence sur les métiers du soin/accompagnement dans les secteurs sanitaires, du grand âge et du handicap dans le Puy-de-Dôme

 

Sous la présidence de M. Philippe Chopin, préfet du Puy-de-Dôme, le service public de l’emploi départemental (SPED) s’est réuni le jeudi 28 avril 2022, à la préfecture. Cette instance réunit tous les acteurs locaux de l’emploi du Puy-de-Dôme : Pôle emploi, missions locales, réseau consulaire, fédérations professionnelles, GEIQ, opérateurs de compétences dits OPCO, conseils régional et départemental et services de l’État notamment.

À cette occasion, les thématiques départementales suivantes ont été examinées :
• point de situation de l’emploi ;
• déploiement du contrat d’engagement jeune (CEJ) ;
• mobilisation du SPED pour le recrutement d’urgence sur les métiers du soin et de l’accompagnement dans les secteurs sanitaires, du grand âge et du handicap ;
• situation des déplacés ukrainiens.

Mis en place au 1er mars 2022, le CEJ s’adresse à tous les jeunes de moins de 26 ans (ou 29 ans révolus lorsqu’ils disposent d’une reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé), durablement sans emploi, ni formation, souvent par manque de ressources financières, sociales et familiales et souhaitant s’engager activement dans un parcours vers l’emploi. Il est ainsi proposé à ces jeunes éloignés de l’emploi pour lesquels existe un risque d’exclusion durable du marché du travail, un programme intensif d’accompagnement de 15 à 20 heures par semaine minimum, avec une mise en activité systématique et régulière du premier au dernier jour, pendant une période pouvant aller jusqu’à 12 mois (et jusqu’à 18 mois sous conditions).
Dans ce cadre, chaque jeune est accompagné par un conseiller de mission locale ou de Pôle emploi, qui est son référent tout au long de son parcours, y compris lorsqu’il suit un programme extérieur, par exemple, une formation, une école de la 2ᵉ chance, une immersion en entreprise, etc.
De plus, une allocation, pouvant aller jusqu’à 500 euros par mois, est mobilisable pour les jeunes en fonction de leurs ressources et sous condition de respecter leurs engagements.

Aussi, le préfet a tenu à rappeler que ce dispositif nécessite des partenariats renforcés, déjà mis en place par les missions locales, Pôle emploi, le secteur associatif et tous les porteurs de solutions (AFPA, Écoles de la 2ᵉ chance, EPIDE, organismes de formation…). La mobilisation des entreprises, pour répondre au mieux à leurs besoins et favoriser pour les jeunes les découvertes de métiers, les immersions dans un collectif de travail et la formation en alternance doit également être poursuivie.

Dans un contexte de vieillissement démographique et face au constat d’une pénurie de candidats aux métiers du soin et de l’accompagnement, le ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, s’associe au ministère des Solidarités et de la Santé pour une campagne "Les métiers du soin et de l’accompagnement recrutent" incitant à s’orienter vers ces métiers. Aussi, les acteurs départementaux de l’insertion viennent compléter les dispositifs mis en œuvre par l’ARS AURA depuis plusieurs années, afin de renforcer l’attractivité des métiers du champ sanitaire et médico-social.

À ce titre, une semaine intitulée « Découvrir et travailler dans les services à domicile » s’est déroulée du 15 au 19 novembre 2021 avec des évènements localisés dans chaque arrondissement et une gouvernance locale départementale est mise en place (réunions d’une cellule opérationnelle départementale, réunions spécifiques du SPED au sein de chaque arrondissement). Les agences de Pôle emploi restent à disposition des personnes intéressées par ces métiers.

Concernant les personnes déplacées en provenance d’Ukraine, le préfet a rappelé que l’autorisation provisoire de séjour (APS) délivrée aux bénéficiaires de la protection temporaire vaut autorisation de travail. Les bénéficiaires de la protection temporaire peuvent ainsi occuper un emploi sans que leur employeur n’ait à solliciter une autorisation de travail auprès des services de main d’œuvre étrangère et être inscrits à Pôle emploi.

Pour rappel, un portail dédié est mis en ligne sur le site Internet des services de l’État dans le Puy-de-Dôme : http://www.puy-de-dome.gouv.fr/portail-ukraine-a9238.html