Contenu

Protocole départemental pour la création de retenues à usage agricole

 

Alors que le département a fait fasse ces dernières années à des périodes de sécheresse importante et alors qu’il est constaté des manques de stockage d’eau, a été signé* un protocole départemental pour la création de retenues à usage agricole ce 8 octobre 2020 dans les salons de la Préfecture.

Les évolutions climatiques, particulièrement sensibles ces dernières années, ont mis en évidence la fragilité des productions agricoles dans les phases clés du développement des produits, de l’abreuvement, et de l’affouragement des animaux. La raréfaction saisonnière des ressources en eau amène à s’interroger sur les possibilités offertes par le stockage de la ressource.

La profession agricole a déjà mis en place, et étudie encore les conditions d’une agriculture plus économe en eau. L’adaptation de l’agriculture aux évolutions climatiques et aux exigences sociétales lui impose de mettre en place un programme d’irrigation responsable afin de préserver la capacité et la qualité de production du département. La constitution de réserves pour l’irrigation apparaît aujourd’hui nécessaire.

L’objectif du protocole, qui s’inscrit dans la déclinaison du protocole régional, est de définir les conditions dans lesquelles peuvent être conduits des projets de retenues ou des projets de mobilisation de ressources de substitution. Ces conditions doivent notamment concilier les enjeux environnementaux, économiques et de développement durable en lien avec le changement climatique.

Il vise par ailleurs à assurer l’appropriation des dispositions réglementaires et des critères de financement des projets par des aides publiques, qui conditionnent leur aboutissement et leur sécurité juridique.

Le préfet du Puy-de-Dôme a souhaité que ce protocole soit co-signé par l’ensemble des acteurs territoriaux concernés : Etat, Chambre d’Agriculture, Association pour le Développement de l’Irrigation en Auvergne, Conseil Régional, Conseil Départemental, Agence de l’Eau, SAGEs et Office Français de la Biodiversité. La signature a eu lieu officiellement le 8 octobre 2020 dans les salons de la préfecture.

A ce jour, dans le département, 4 projets collectifs de grande capacité sont en cours d’études, ainsi qu’une dizaine de projets individuels de capacité très variable, concernant de l’irrigation de grandes cultures mais aussi de la sécurisation des ressources fourragères ou le développement du maraîchage en vue de renforcer les filières courtes.

Les services de la DDT assurent un accompagnement de la profession agricole pour que ces projets soient les mieux intégrés et les moins impactant sur la ressource en eau.