Contenu

Projet de redéfinition du périmètre et de la réglementation de la RNN des Sagnes de la Godivelle

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Les avis sur le projet
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Avis sur le projet d’extension de la Réserve naturelle nationale des Sagnes de
La Godivelle (9 mars 2019)


de : Michel Meybeck
Directeur de recherches émérite 1ére classe au CNRS, UMR METIS, Sorbonne Université (Paris 6)

Le dossier de présentation de l’extension de la Réserve, disponible sur internet et qui nous a été présenté publiquement en 2017, en présence de la Sous-Préfète, est très convaincant, tant sur les inventaires faune-flore qu’en ce qui concerne le matériel cartographique.
En tant que chercheur spécialisé dans les milieux aquatiques et les effets de l’anthropisation sur leur fonctionnement et la qualité de leurs eaux, je ne peux que pousser sans réserve l’extension de la réserve actuelle des Sagnes de la Godivelle qui pourrait être , dans le futur, au cœur de la conservation , de la gestion et de la valorisation du Cézallier, jusqu’ici dans l’ombre de la Chaine des Puys et du Cantal , mais qui possède des atouts maitres, peu reconnus et trop peu valorisés par les autorités et souvent même peu perçus de ses propres habitants . En voici les principales raisons :
1. Préservation exceptionnelle du Cézallier et de ses systèmes aquatiques.
Le Cézallier est situé à une altitude comprise entre 1200m et 1500m, il est exposé à une pression anthropique extrêmement faible : 1hab/km2, élevage extensif, intrants chimiques encore limités, pollution atmosphérique très faible, densité routière très limitée. Les sols et les eaux y ont donc une contamination minimale et les habitats, très diversifiés y sont remarquablement préservés.
Les paysages, façonnés depuis des millénaires par une agriculture de montagne où la mécanisation est réduite, n’ont guère évolués depuis des siècles. Le Cézallier, dans son ensemble, est donc un rare exemple d’environnement de moyenne montagne préservé, d’une superficie importante, de l’ordre de plusieurs dizaines de milliers d’hectares, dont La Godivelle est le cœur.

2. Le Cézallier, un ensemble hydrologique partagé à gérer d’un seul tenant
Le Cézallier est exactement à cheval sur les bassins de la Dordogne et de l’Allier avec de nombreux sites au drainage incertain. C’est la raison de sa richesse particulière en tourbières, à l’origine de la Réserve, mais cette situation fait que sa gestion est partagée entre deux Agences de bassin qui n’ont peut-être pas toujours eu la vision d’ensemble de ce système hydrique et hydrobiologique, comprenant lacs et zones humides, qu’il conviendrait de considérer et de gérer comme un ensemble
d’un seul tenant depuis le lac Chauvet jusqu’à l’extrémité Est du plateau.

3. Pureté exceptionnelle des éléments environnementaux du Cézallier
Les eaux et les sols du Cézallier ont un niveau d’impact anthropique minimal. J’en donne deux exemples : (i) le lac d’En-Haut qui alimente le village de La Godivelle en eau potable sans traitement, a sans doute une des eaux lacustres les plus pures de France (exempte de pesticides), les moins minéralisées et dont les nutriments sont les plus faibles. Il a été cité pour cela dans des « textbooks » internationaux de limnologie. (ii) J’ai été amené à rechercher des milieux aquatiques dans lesquels
les impacts anthropiques étaient réduits au minimum, pour établir des références « pristine » des fonds géochimiques en fonction de leur composition lithologique. Pour les roches volcaniques, j’ai analysé les eaux sur la commune de La Godivelle (lacs et ruisseaux).
Avec d’autres ruisseaux non pollués de France, ces analyses ont permis de faire un modèle global de l’érosion chimique sans intervention humaine qui est utilisé depuis comme référence mondiale (Meybeck, M. ,1986. Composition chimique des ruisseaux non pollués en France. Chemical composition of headwater streams in France. Sciences Géologiques, bulletins et mémoires, 39(1), 3-77. Meybeck, M. , 1987,. Global chemical weathering of surficial rocks estimated from river dissolved loads. American journal of science, 287(5), 401-428).

A la préservation exceptionnelle des eaux, des sols, des habitats , du paysage, de la qualité de l’atmosphère, il faut aussi ajouter le niveau exceptionnellement faible de pollution lumineuse et de présence d’ondes electro-magnétiques, susceptibles de perturber certaines espèces.

Enfin , on se doit de signaler la dominance de l’agriculture traditionnelle de moyenne montagne et ses produits ( fromages, gentiane etc), et la diversité des objets géologiques d’origine volcaniques ( sources, cascades, pierriers etc..) qui sont autant de critères requis aujourd’hui pour une candidature d’un géo-parc du Cézallier à l’ Unesco . L’extension de la Réserve pourrait donc être le point de départ d’une reconnaissance plus large du Cézallier et d’autres initiatives pour sa gestion et sa valorisation.

4. Extension proposée de la Réserve
Depuis sa remise en eau, après une exploitation, malheureuse mais finalement peu dommageable, pour en extraire la diatomite dans les années 1960, le Lac d’En-Bas et sa tourbière ont de nouveau été fonctionnels. La Réserve actuelle a déjà permis de conserver une biodiversité exceptionnelle pour l’avifaune, l’entomofaune et pour la flore.
Le projet d’extension de la Réserve pour englober l’ensemble des milieux humides du Lac d’En-Bas est parfaitement justifié, compte tenu de l’hydromorphie des terrains.
Les nouvelles entités proposées (Coualle, Chastelet) viennent compléter ce dispositif de protection. Il faut souhaiter par ailleurs qu’un statut spécial soit donné aux terrains situés entre les quatre entités de la future réserve afin d’assurer une continuité écologique satisfaisante entre elles.

5. Réserve des Sagnes, sentinelle national du changement climatique et de ses effets sur la faune et la flore
Il est souhaitable que le dispositif de protection et de surveillance de la future réserve étendue soit complété par un dispositif pérenne de surveillance hydro-météorologique et hydro-géologique visant à caractériser l’hydroclimat de ce lieu qui a sans doute déjà évolué et qui est sans doute amené à évoluer encore plus dans les prochaines décennies. On dispose en effet à La Godivelle d’un ancien dispositif de surveillance du climat , exceptionnel et très peu connu, qui s’ajoute au dispositif de surveillance de la biodiversité démarré il y a 40 ans.En effet La Godivelle a fait l’objet dans les années 1960 d’une surveillance hydroclimatologique au lac d’En-Haut, réalisée par la division Etudes et recherches de l’EDF de Chatou avec des suivis en continu complets (température, pluie, évaporation potentielle et réelle, etc.) dans l’air et l’eau du lac.
Ce site était alors d’importance nationale pour l’EDF et la gestion des grands barrages français. Ces données, qui sont certainement archivées par EdF, étaient alors à la pointe de la métrique dans leur domaine (tour de mesure, station flottante, enregistrements en continu etc.). Elles pourraient servir de base pour établir le changement climatique qui s’est produit depuis 50 ans dans cette région.

6. Réserve des Sagnes, cœur du dispositif de classement, gestion et protection du Cézallier
Dans sa définition hydrologique, morphologique et géologique, le Cézallier s’étend de la ligne Chauvet-Pavin à l’Ouest, jusqu’à la bordure Est du plateau. Il est un exemple type de château d’eau d’altitude moyenne. Son histoire climatique et géologique fait qu’il comporte des objets hydrologiques remarquables qui ont été jusqu’ici gérés séparément.
Beaucoup sont d’intérêt national comme les Sagnes de La Godivelle, les lacs-tourbières de Chambedaze et de Bourdouze, les lacs-maar de La Godivelle d’En-Haut, Chauvet . Chambedaze, par exemple est reconnu sur le plan international pour son enregistrement du climat Holocène.
Deux autres sites sont clairement d’intérêt européen : le lac Pavin, et le Creux de Soucy avec son petit lac souterrain, dont l’étude ne fait que commencer. Tous deux sont déjà d’un intérêt géologique et limnologique exceptionnel, mais possèdent également d’une biodiversité remarquable en raison de leurs communautés microbiologiques actuellement en cours d’étude (Archéo-bactéries
au Pavin, bactéries magnéto-tactiles au Soucy) .
Le Cézallier va sans doute faire l’objet d’un intérêt accru ces prochaines décennies, de la part de populations urbaines à la recherche d’un environnement protégé et de la part d’éleveurs à la recherche de pâturages moins soumis aux canicules. La pression humaine, jusqu’ici minimale, peut donc s’accélérer. Il est plus que souhaitable que cet ensemble, à mon avis unique en France, soit reconnu comme tel et fasse l’objet d’une gestion intégrée et d’une valorisation concertée. La réserve des Sagnes pourrait en être le pivot

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour,

En tant qu’habitant du territoire du Parc Naturel Régional des Volcans d’Auvergne, et en tant que citoyen engagé dans la préservation de la nature, je souhaiterais émettre un avis favorable aux consultations publiques portant sur l’extension des deux réserves naturelles nationales suivantes : RNN des Sagnes de la Godivelle et RNN du Rocher de la Jacquette.

En effet, il s’agît pour moi de deux sites remarquables et emblématiques qui trouvent une place logique dans le tissu d’espaces protégés français. Les espèces et habitats remarquables y sont nombreux comme le montrent les nombreuses études qui ont eu lieu sur ces deux sites. La patrimonialité des cortèges et des populations sont mêmes remarquables pour certaines espèces menacées comme par exemple le Cuivré de la Bistorte, la Leucorine douteuse, la Crossope aquatique, la Bécassine des marais, le Faucon pèlerin, le Brant fou et tant d’autres qu’il serait ici trop long d’énumérer.

En outre ces deux espaces protégés sont intégrées dans leur territoire et les projets d’extensions ne mettent pas à mal d’intérêts privés ou collectifs.

J’émets donc un avis particulièrement favorable aux deux projets et apporte tout mon soutiens au conservateur et à l’équipe en charge des réserves pour que ces projets aboutissent dans les meilleurs conditions.

Sébastien Heinerich
Vareilles
63210 SAINT BONNET PRES ORCIVAL

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Téléchargez l’avis de l’association "Godivelle Imagination" : Lettre enquête publique - Godivelle Imagination (format pdf - 95.4 ko - 19/03/2019)

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les réserves naturelles des sagnes de la Godivelle et du rocher de la Jaquette, malgré leur faible superficie actuelle, abritent de remarquables cortèges d’espèces typiques des tourbières et des pelouses sèches calcicoles. Au vu des nombreuses menaces pesant sur ces milieux et leur raréfaction à l’échelle nationale, il devient donc impérieux de les préserver.

Le projet d’extension du périmètre de ces 2 sites permettra non seulement une meilleure expression de la fonctionnalité des habitats mais aussi une préservation renforcée des espèces présentes.

De plus, il ne met à mal aucun intérêt privé et collectif mais œuvre, au contraire et comme l’ensemble des espaces protégés de France, pour l’intérêt public.
J’émets donc un avis entièrement favorable aux 2 projets d’extension proposés et salue la qualité du travail réalisé.

Guillaume LE ROUX
03000 MOULINS

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour,

En tant que : citoyen, habitant de La Godivelle et membre de l’association Godiv’art dont le thème est Paysan, Art ,Nature en Cézallier Sancy, je souhaite émettre un avis favorable aux consultations publiques portant sur l’extension des deux réserves naturelles nationales suivantes : RNN des Sagnes de la Godivelle et RNN du Rocher de la Jacquette.

Tout ce qui concourt à préserver la nature pour les générations futures et en particulier la qualité de l’eau, de l’air et de la biodiversité, par le rôle que joue les milieux humides va dans un sens qui me convient.

Les possibles impacts sur les activités humaines (agriculture, pêche, chasse, manifestations, tourisme, ...) me semblent bien prises en compte par le décret relatif à la définition du nouveau périmètre.

En tant qu’organisateur de manifestations je me réjouis de voir que l’Etat a prévu de rendre possibles par les articles 13 et 17 du décret, les activités sportives, culturelles et artistiques.

cordialement

Jacques Sigaud
63850 La Godivelle

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour,

Je suis la petite fille d’une habitante de la Godivelle, j’ai passée la plupart de mes vacances au vert, dans ce village magnifique. La beauté de La Godivelle réside (pour moi) à la fois dans le cadre naturel qu’elle propose, que dans les habitants qui la font vivre. J’aimerai que l’on préserve au mieux la nature et la vie de cette commune pour les générations futurs. Je me sens donc concernée par le projet que vous proposez.

Grace à une balade destinée à informer les habitants sur les tourbières, proposée par Mr Lionel Pont, j’ai pu découvrir un nouveau point fort de la commune. Je ne les vois plus comme des marécages, mais comme des lieux de vie et de ressources à préserver.

Je suis favorable au projet tant que l’objectif reste "de concilier les activités humaines avec la préservation des milieux naturels".

Je tiens à remercier Mr Lionel Pont pour toutes ses initiatives et actions qui participent à préservation des richesses de La Godivelle.

Merci

Chloé Sigaud

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour,

La réserve naturelle des Sagnes de la Godivelle constitue un réservoir exceptionnel de biodiversité en Auvergne et sur le territoire français. Les différents habitats de ce secteur abritent une grande richesse écologique toutefois fragile, qu’il est nécessaire de préserver au maximum grâce à sa règlementation.

Le projet d’extension représente 144,2 ha supplémentaires sur lesquels 1643 espèces ont été recensées soit 25 918 données. Cela représente 29 groupes différents et 118 espèces de valeur patrimoniales. Et classées rares, vulnérables ou menacées. A l’évidence, l’agrandissement de la réserve répond donc à un enjeu très fort de préservation du patrimoine naturel national.

De plus, ce statut de RNN représente pour la LPO Auvergne-Rhône-Alpes une plus-value pour l’économie du territoire, notamment au niveau agricole et touristique. Il permet de valoriser les différentes activités économiques, tout en préservant la qualité de vie des habitants du territoire du Parc Naturel des Volcans d’Auvergne.

En tant qu’association de protection de la nature, nous soutenons donc le projet d’agrandissement de cette Réserve naturelle nationale.

Christian BOUCHARDY, Président du comité territorial Auvergne

LPO Auvergne-Rhône-Alpes

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour

Pour la biodiversité et l’économie du territoire, je suis favorable à l’agrandissement de la RNN des Sagnes de la Godivelle.

Cordialement

Christian Fargeix

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Monsieur le Commissaire Enquêteur,

Je me permets de vous écrire concernant les projets d’extension des 2 réserves naturelles citées en objet. C’est sans conteste un projet très intéressant et à l’heure actuelle sans aucun doute une nécessité. Les réserves naturelles sont de très bons outils pour la protection de la nature, qui ne mettent pas en péril la conciliation avec les activités humaines. On parle de crise environnementale quotidiennement, voici un moyen, même sur une petite échelle, de faire un geste pour la préservation de notre environnement ! Ainsi, ce sont des espèces et des milieux à très haute valeur patrimoniale qui pourront être protégés sur du long terme. Par ailleurs, les réserves naturelles permettent également de faire de la pédagogie et de l’éducation à l’environnement, actions cruciales pour sensibiliser les jeunes d’aujourd’hui à cette thématique.

En espérant donc que ces projets aboutissent favorablement,

Cordialement,

Hervé Tournier

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Téléchargez l’ avis de la Société d’histoire naturelle Alcide-d’Orbigny & Association Entomologique d’Auvergne (format pdf - 125.6 ko - 27/03/2019)

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Madame, Monsieur,

Par ce message, je veux apporter mon soutien au projet d’extension des
limites et de la surface de la Réserve Naturelle Nationale des Sagnes de
la Godivelle (63).

Comme citoyen, ancien salarié de l’association de la LPO Auvergne, j’ai
travaillé en 1989 et 1996 au recensement de l’avifaune nicheuse de la
RNN. Du point de vue des oiseaux, les limites (et surfaces) anciennes
étaient incohérentes.

Comme citoyen, intéressé par la nature, impliqué par sa protection, je
suis aussi un amoureux du massif du Cézallier et la commune de la
Godivelle fait partie de mes coins préférés, bien avant que je sois
amené à y travaillé.

Dans le passé, ces milieux tourbeux ont été assez peu touchés par
l’homme, d’autant qu’ils n’ont jamais vraiment présenté un intérêt
économique. Mais comme toutes les zones humides, ils doivent bénéficiés
de protection plus formelles pour le futur et pour la "collectivité"
humaine.

Comme ancien salarié de la LPO, j’ai aussi participé dans le passé à
plusieurs comités de gestion de la RNN. Là, j’ai constaté l’attachement
des élus de la commune à cette réserve, à ses activités. Cette démarche
positive n’était si commune à l’époque (années 90 et début 2000). Ce
projet d’extension vient confirmer cet attachement local aux évolutions
de ces mesures de protection.

Cette réserve est connue pour la valeur de ses richesses naturelles,
prouvée par maints suivis et études depuis des décennies. Cette
extension rendra cohérente et plus efficiente la volonté de protection
de ces richesses pour le futur... je soutiens donc complètement ce
projet d’extension.

Avec mes sincères salutations

Lallemant JJ
63530 VOLVIC

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

En tant que randonneuse et amoureuse de la nature je suis pour le projet d’agrandissement de la RNN des sagnes de la godivelle endroit particulièrement riche en biodiversité –

Dupichaud Lydie

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour la biodiversité et l’économie du territoire je suis favorable à l’agrandissement de la RNN des Sagnes de la Godivelle.
B. GÉRAUD

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour

Pour la biodiversité et l’économie du territoire, je suis favorable à
l’agrandissement de la RNN des Sagnes de la Godivelle.

Cordialement

Annick Michel

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Monsieur,

Je suis favorable à l’agrandissement de la RNN des Sagnes de la Godivelle.

Bien cordialement

Jean-Pierre DESCHAMPS

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour,

Pour la biodiversité,Veuillez noter que je suis favorable à l’extension de la RNN des Sagnes de la Godivelle.

Mes respects.

Marie-Christine GIMENEZ

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Madame ou Monsieur,

Je suis favorable à ce projet d’agrandissement de la RNN des Sagnes de la Godivelle pour la population locale et l’économie de ce territoire ainsi que pour la préservation de la ressource en eau et de ses écosystèmes riches en faune et en flore.

Avec mes salutations courtoises
Monique Morin
Photographe

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour,

Je suis favorable à ce projet d’agrandissement de la RNN des Sagnes de la Godivelle pour :

  • La faune et la flore ;
  • La préservation de la ressource en eau ;
  • Les habitant.e.s ;
  • L’économie de ce territoire.

Cordialement
hervé bocquet
architecte

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour,

"Pour la biodiversité et l’économie du territoire, je suis favorable à l’agrandissement de la RNN des Sagnes de la Godivelle."

Pour valoir ce que de droit,

Naturellement,

BIJON J Paul

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Je soutiens le projet pour l’agrandissement de ces espaces protégés comme la LPO dont je fait parti,

Stéphanie Jobert

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Monsieur le Commissaire enquêteur,

Veuillez trouver ci-joint un avis au projet de redéfinition du périmètre et de la réglementation de la RNN des Sagnes de la Godivelle et de la RNN du Rocher de la Jaquette.

Contributeur : Alexandre POIRAUD, Géomorphologue, Docteur de l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, Bureau d’études et membre associé au CNRS

Dans le cadre de mes activités professionnelles, aussi bien en tant que Bureaux d’études qu’enseignant en master environnement, j’ai eu à travailler sur l’ensemble des sites concernés par le projet d’extension de la RNN. J’ai également pu travailler dans d’autres secteurs du Massif central et peut justifier à ce titre d’autres références me permettant de poser quelques comparaisons d’échelles régionales et supra-régionales.

Le projet de périmètre des Sagnes de la Godivelle englobe un ensemble de 4 complexes tourbeux caractéristiques du Haut-Cézallier. Chaque site possède des fonctionnalités physiques propres et singulières conférant à l’ensemble un haut degré de diversité fonctionnelle justifiant l’intérêt du projet d’extension. En effet, au-delà des considérations purement patrimoniales démontrées par les listes d’espèces inventoriées sur les 4 complexes tourbeux, ces sites sont l’expression d’une évolution géomorphologique polygénique complexe s’étalant sur une période longue comprenant le Quaternaire et la fin du Néogène. Ainsi, ces sites permettent de remonter et de retracer l’histoire du Cézallier depuis la mise en place des armatures volcaniques au Miocène jusqu’à la turfigénèse post-glaciaire et holocène qui est à l’origine de l’intérêt écologique de ces milieux. Les modalités d’alimentation hydro-trophique de ces sites sont à la fois "classique" des contextes volcanisées tout en présentant des originalités qui structurent partiellement les communautés végétales et habitats associés.

A l’heure des grands débats et réflexions concernant l’avenir des relations Nature/Société, les complexes tourbeux de la Godivelle sont garants de plusieurs services écosystémiques d’intérêt majeur :

  • un intérêt évident de conservation et de maintien d’une biodiversité à l’échelle des Hautes-Terres volcaniques du Massif central. En effet, juchée sur le faîte du Cézallier à plus de 1200 mètres d’altitude, ouverts aux arrivées d’ouest et occupant une position méridienne à l’échelle du Massif central, ces complexes tourbeux assurent une fonction de réservoir de la biodiversité montagnarde. Elles s’intègrent, de par leur position géographique, dans un réseau plus vaste de complexes tourbeux permettant de maintenir les spectres spécifiques caractérisant les gradients altitudinaux, latitudinaux et de continentalité qui font la spécificité du Massif central et qui contrôlent la structuration spatiale de la biodiversité de cette moyenne montagne cristalline.
  • une position de tête de bassin versant d’un des plus grand organe hydrographique national. Situées en zone source, ces complexes sont alimentés et alimentent des écoulements intermittents à pérennes d’ordre 0, 1 ou 2 selon l’ordination de Strahler qui constituent les parties amont et zones sources de la Dordogne. Les fortes interactions physico-chimiques qui caractérisent ces zones sources entre versants et chenal sont la clef de voûte de la qualité des eaux plus en aval. La fonction d’épuration naturelle des complexes tourbeux est, dans ce contexte de zone source, fondamentale pour pérenniser à long terme des apports hydrologiques qualitativement bons en aval. Le projet d’extension de la RNN, au-delà de la protection spécifique de ces complexes, nous semble également moteur pour favoriser les réflexions sur les pratiques à l’échelles des bassins versants, permettant une approche plus globale et intégrée.
  • des sites privilégiés de stockage de carbone. Ces écosystèmes, dès lors qu’ils ne sont pas perturbés et que leur fonctionnalités primordiales sont respectées, sont des puits de carbone particulièrement efficaces. En effet, la particularité de ces écosystèmes est d’être formée par de la tourbe, formation "sédimentaire" autogène constituée à plus de 30% de matière organique donc de carbone. Le fonctionnement de ces écosystèmes, notamment par l’activité photosynthétique et la faible dégradation de la matière organique morte, permet de capter et de stocker des masses considérables de carbone.
  • une mémoire de notre environnement constituant de fait un géopatrimoine d’exception. Les complexes tourbeux de la Godivelle ont été partiellement étudiés d’un point de vue palynologique dans les années 80/90, permettant de retracer l’histoire de la végétation durant l’Holocène. Cependant, ces sites, de par leur capacité de stockage de débris végétaux, possèdent un potentiel de connaissance qu’il nous ait encore difficile à entrevoir dans sa globalité. En effet, les études paléoenvironnementales actuelles offrent des process d’investigations puissants permettant d’analyser les tourbes de manière beaucoup plus fine qu’il y a 20/30 ans. Ces analyses permettent d’aller jusqu’à la compréhension des fonctionnements écosystémiques de ces tourbières dans le temps et à des résolutions temporelles très fines (quelques décennies parfois). Ces sites ont ainsi conservé la mémoire de tous les événements les ayant impactés sur plus de 10 000 ans et constituent de ce point de vue des archives sédimentaires rares et d’une grande valeur géopatrimoniale. Le projet d’extension de la RNN permettrait, outre la préservation de ces archives, d’être un levier pour le lancement d’études de ce genre et la production de connaissances fondamentales.
  • des indicateurs sensibles du Global Change. Ces milieux sont particulièrement sensibles aux changements de leur facteur de contrôle. Essentiellement dépendant des flux trophiques en provenance du bassin versant topographique et hydrogéologique, les complexes tourbeux de la Godivelle se révèlent être des indicateurs pertinents des changements des équilibres qui peuvent affecter tout le haut bassin du Cézallier, que ces modifications soient naturelles, anthropiques ou mixtes. Situées dans un contexte morphopédologique caractérisé par la présence d’Andosols (sols volcaniques aux propriétés physico-chimiques particulièrement spécifiques, notamment par leur grande capacité de fixation du phosphore) et de versants soumis à des conditions hydroclimatiques "froides", ces complexes sont le réceptacle des ruptures d’équilibre envisageables avec le réchauffement climatique et les modifications des usages agronomiques. De par leur forte réactivité aux changements, ils sont les témoins des changements profonds qui affectent le Haut-Cézallier depuis une décennie et qui, selon les modèles climatiques, continueront d’affecter ce secteur dans les décennies à venir.

Pour toutes ces raisons, nous sommes donc favorable au projet d’extension de la RNN des Sagnes de la Godivelle et du Rocher de la Jaquette, à la fois pour augmenter les capacités de préservation des sites mais aussi en tant que projet moteur à l’échelle du territoire du Haut-Cézallier, vecteur de changements socio-culturels et laboratoire expérimental de la recherche de nouveaux rapports Nature/Société.

A.Poiraud

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour,

Ayant pris connaissance du projet de redéfinition du périmètre et de la réglementation de la RNN du Rocher de la Jaquette et de la RNN des Sagnes de la Godivelle, je me permets de vous écrire afin d’y apporter mon soutien.
En effet, il me semble toujours intéressant et pressant de protéger d’avantage d’espaces accueillant des espèces remarquables. J’ai d’ailleurs pu participer à la mise en évidence de celles-ci durant des prospection menées par le Groupe Mammalogique d’Auvergne.

Je vous prie de bien vouloir prendre en compte mon soutien.

Pierre Lallemand

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour

Ayant travaillé quelques années pour les RNN Sagnes de La Godivelle & Rocher de la Jaquette, je tiens à apporter mon soutien au projet d’extensions. L’extension des Réserves à des territoires cohérents en termes écologiques s’avère indispensable à la bonne préservation du fonctionnement de ces écosystèmes.

Sur le territoire de chacune des deux Réserves naturelles, les activités humaines sont relativement limitées. Une attention particulière est portée par le gestionnaire à la conciliation des usages avec la préservation du patrimoine naturel. Cette préoccupation est traduite par un projet de règlementation équilibré qui permet aux différents acteurs de prendre part dans la préservation de ces écosystèmes sans impacter fondamentalement leurs pratiques - professionnelles ou de loisirs.

J’espère sincèrement que ces projets verront le jour et que l’ensemble des acteurs sauront travailler ensemble à la préservation de ces biens communs que sont les écosystèmes du Cézallier.

Marion Couillard

Marion COUILLARD

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Avis de Mme Nadine TARTIERE (format pdf - 392.2 ko - 02/04/2019)

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour,

Compte-tenu des richesses naturelles du site, l’extension du périmètre de la réserve semble des plus cohérents afin de permettre une meilleure protection et conservation des espèces.

Par conséquent, j’émets un avis favorable à l’extension du périmètre de la RNN des Sagnes de la Godivelle.

Cordialement,

Nicolas Lolive

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour,

notre association a pour but la connaissance et la protection des Odonates et de leurs milieux de vie.
L’intégration à la réserve de nouvelles entités tourbeuses permettra une meilleure conservation des nombreuses espèces patrimoniales des milieux tourbeux présentes en favorisant les échanges entre sous-populations.
Cette évolution est donc tout à fait cohérente dans une perspective de protection des milieux et des espèces.
En conséquence, le Groupe Odononat’Auvergne est très favorable à ce projet.

Cordialement,
Groupe Odonat’Auvergne

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Avis Chauve-souris Auvergne : Avis CSA EP Sagnes de la Godivelle (format pdf - 386.7 ko - 02/04/2019)

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour,

Mrs les Commissaires enquêteurs,

Je souhaiterais émettre un avis favorable à l’extension des réserves naturelles nationales des Sagnes de La Godivelle et du Rocher de La Jaquette, au titre d’une meilleure prise en compte et protection de notre biodiversité locale.
Plus spécifiquement, la redéfinition des limites de la réserve naturelle de La Godivelle me semble importante pour pouvoir mener conjointement études et préservation de la fonctionnalité de ces zones humides et lacustres par une emprise plus cohérente des bassins versants. L’outil "réserve naturelle" jouirait d’une échelle d’action plus juste, favorable à la préservation ou à la restauration de ces zones humides caractéristiques de La Godivelle ainsi que du Lac-d’en bas auxquelles elles sont connectées. Il s’agit ici d’une zone refuge des dernières populations de Pie-grièches grises nicheuses ou d’Azurés des mouillères, pour ne citer que deux espèces menacées en France. Le maintient et la résilience de ces habitats, face au changement climatique, ne peuvent probablement être assurés que par une fonctionnalité optimale, garante également d’une ressource en eau durable et de qualité pour les populations locales.

Bien cordialement,

Anaëlle BERNARD

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour la biodiversité et l’économie du territoire, je suis favorable à l’agrandissement de la RNN des Sagnes de la Godivelle .

Cordialement.
Marcelle MADAIRE

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Monsieur le Commissaire enquêteur,

Je suis de ceux, nombreux, qui se réjouissent que l’Etat propose une redéfinition du périmètre et de la réglementation de la Réserve naturelle nationale des Sagnes de La Godivelle. Les raisons de ma satisfaction et de mon soutien à cette démarche sont diverses ; je vous propose de vous en présenter quelques unes.

D’abord, en tant que simple citoyen, habitant les flancs du Cézallier, je considère que la création ou l’extension d’une réserve naturelle est un acte collectif des plus honorables, pour le bien commun. Je suis fier que la République agisse ainsi à la préservation, pour les générations futures, d’éléments exceptionnels du patrimoine de la Nation. A ce jour, la France a classé près de 0,55 % de son territoire métropolitain en réserve naturelle, contribuer à augmenter les surfaces de nature préservée me semble un objectif sociétale et politique qui va dans le sens de l’histoire, dans le sens de la rationalité, de la sagesse, et dans l’intérêt de tous. Personnellement, j’aurais aimé que nos prédécesseurs en fassent bien plus dans ce sens, pour que je puisse aujourd’hui profiter d’une nature mieux préservée. Je suis né dans une région sinistrée, au patrimoine naturel dégradé ou détruit. J’ai choisi de m’installer en Auvergne pour la part de nature que l’Humain a su lui conserver, sans forcément le vouloir, et sans que cela soit garanti pour le futur en dehors des réserves naturelles si elles sont correctement établies. Quelle chance, pour les habitants de La Godivelle, de bénéficier d’un patrimoine naturel qui suscite un intérêt des amateurs de nature ! Quelle chance d’avoir la reconnaissance de la Nation et de pouvoir bénéficier d’une réserve naturelle et des moyens qui lui sont alloués pour assurer une tâche de préservation et d’animation. L’existence des deux réserves a été pour ma famille un élément de choix pour venir vivre à Ardes-sur-Couze et, je l’espère, de contribuer à faire vivre le Cézallier : une réserve est aussi un outil de développement territorial ô combien durable et bénéfique.

Ensuite, en tant qu’écologue, je suis satisfait que des actes forts ou symboliques pour la conservation de la biodiversité soient réalisés par un ensemble d’acteurs, Etats, collectivités territoriales, habitants. Comme le changement climatique, la perte de biodiversité est un problème majeur de l’Humanité et chacun à le devoir, aujourd’hui, d’adapter au mieux ses actes à cet enjeu. Force est de constater que cela est loin d’être le cas. Qui peut dire, où que cela soit sur la planète, que tout va bien et qu’un territoire est préservé s’il ne bénéficie pas d’une protection réglementaire ? Protéger est nécessaire, parce que les exemples de dégradations et de destructions sont très nombreux, et les menaces bien réelles. Dans ce cadre, une réserve naturelle est un outil essentiel de protection, d’information, de formation et plus généralement d’animation autour de cette problématique ; elle peut aussi aider à faire prendre conscience de l’urgence à agir sur le sujet.

Pour de nombreuses espèces dont certaines sont rares et menacées, les Sagnes de La Godivelle constituent un ensemble naturel d’importance à l’échelle du Cézallier. Dans le cadre de cette enquête publique, d’autres, tels Michel Meybeck ou Sébastien Heinerich ont présenté l’intérêt pour la biodiversité qu’ont les Sagnes de La Godivelle, étant en parfait accord avec leur indications, je ne développerai pas ce sujet.

Ceci-dit, et pour finir, j’aimerai apporter quelques éléments supplémentaires en tant que spécialiste du fonctionnement des zones humides. En effet, je peux préciser, et je pourrais l’argumenter sans difficulté, que les milieux faisant l’objet de cette extension constituent des éléments exceptionnels, ou des écosystèmes représentatifs de la diversité des zones humides du Cézallier, souvent les deux. La future réserve, je l’espère, constituera ainsi une forme de conservatoire des tourbières du Cézallier, complémentaire des Réserves naturelles nationales de Chastreix-Sancy et de la vallée de Chaudefour. De plus, la délimitation proposée est un progrès essentiel dans la prise en compte de la fonctionnalité des tourbières. Il ne s’agirait plus de préserver une partie d’un tout, l’altération d’une des autres parties pouvant porter préjudice au tout, mais bien de prendre en compte l’ensemble d’une tourbière, dans son intégralité fonctionnelle. De plus, par certains aspects, les tourbières du Cézallier sont uniques en France, voire en Europe. Le sol volcanique et les sources particulières qui les alimentent structurent leurs sols et leurs végétations de manière spécifique. Les sagnes de La Godivelle sont des exemples parfaits qui illustrent ces particularités. La décennie qui vient de s’écouler montre que l’existence de la réserve a fortement contribué à mieux connaitre les tourbières de La Godivelle, mais aussi celles du Massif central et même de France ; nul doute que l’extension prévue perpétuera cette action de connaissance au bénéfice de tous et en premier lieu des habitants du Cézallier.

J’espère donc que ce projet deviendra réalité, comme proposé dans les documents d’enquête.

Cordialement,

Pierre Goubet

Ardes-sur-Couze

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les observations du conservatoire botanique national du massif central : Note de synthèse RNN (format pdf - 845.6 ko - 03/04/2019)

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Avis des associations et fédérations suivantes :

  • Fédération Régionale Auvergne Nature Environnement (FRANE).
  • Fédération Départementale Environnement Nature du Puy-de-Dôme (FDEN-63).
  • Société pour l’Etude et la Protection de la Nature dans le Massif Central (SEPNMC).

Projet d’extension RNN la Godivelle (format pdf - 100 ko - 03/04/2019)

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Avis favorable de ma part sur l’agrandissement de la réserve des sagnes de la godivelle.
merci
Teddy DAVID
animateur tourbiere plaine Jacquot

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

A titre privé ,propriétaire de parcelles concernées par l’extension de la Réserve et habitante du village ,ainsi qu’au titre d élue,je suis favorable à ce projet .

Malgré les réticences de certains avec l’appréhension de devoir faire des concessions ou faire un peu autrement que" d’habitude ",nous sommes tous concernés et surtout les générations futures par la préservation de notre environnement.Il existe des biens communs comme l’eau que l’on boit ,l’air que l’on respire .....alors c’est dommage d’être obligés de passer par des créations,des extensions de réserve,des lois,des décrets ......mais c’est peut être le moindre mal ....

Bien sûr l’extension de la réserve de La Godivelle est un goutte d’eau et elle ne résoudra pas tous nos problèmes environnementaux en tout cas elle y participera ...

J’aime me référer à la" légende du colibri" :
Un jour un immense incendie se déclare dans la forêt
Tous les animaux se cachent impuissants devant cette catastrophe
Seul un colibri transporte quelques gouttes d’eau dans son bec pour éteindre le feu
Au bout d’un moment le tatou lui dit :
"Colibri ,tu es fou ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre l’incendie"
Le colibri lui répondit"Je le sais ,mais je fais ma part "

Cordialement

Martine Sigaud
La Godivelle

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Avis du Conservatoire d’espaces naturels d’Auvergne : CEN Auvergne_AvisEnquetePubliqueGodivelle (format pdf - 582.9 ko - 08/04/2019)

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour,

Je souhaite vous faire part de mon avis favorable concernant les projets d’extension de la RNN du Rocher de la Jaquette et de la RNN des Sagnes de La Godivelle.
Ces espaces protégés abritent une faune et une flore à fort intérêt patrimonial, dont certaines espèces sont dites "relictes glaciaires". Si nous souhaitons espérer que les générations futures aient un jour la chance de les observer, de les étudier et de continuer à les préserver, ces projets d’extension sont une nécessité. Les périmètres actuels de ces espaces protégés n’englobent pas les écosystèmes dans leur ensemble, c’est pourquoi il faut remédier à cela afin que les actions de gestion mises en oeuvre puissent être plus durables. Je souhaite également apporter tout mon soutien au Conservateur de ces deux RNN.

En espérant que ces deux projets aboutissent favorablement.

Bien cordialement

Audrey JOHANY

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Je tiens par ce message à vous faire part de mon avis tout à fait favorable au projet d’extension de la Réserve Naturelle Nationale des Sagnes de La Gogivelle.

En tant que fille, petite-fille, arrière petite-fille… d’habitants de La Godivelle, je connais et j’ai conscience du cadre exceptionnel de ce village.
En tant que mère, je tiens à ce que mes enfants le connaissent et puissent l’apprécier longtemps.
En tant qu’enseignante, je connais l’enjeu scientifique d’un tel environnement. J’ai d’ailleurs pu, avec l’aide du parc des volcans, le faire connaître à mes élèves.

Alors, pour la conservation d’une biodiversité exceptionnelle, pour la préservation de la faune et de la flore, pour que les générations futures puissent aussi connaître et apprécier ce lieu, pour La Godivelle, je ne peux qu’appuyer ce projet.

Bien cordialement,

Véronique Carlod

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Madame, Monsieur le Commissaire enquêteur,

Le périmètre actuel de la RNN des Sagnes de la Godivelle est insuffisant pour permettre une réelle préservation des tourbières concernées, tandis qu’elles constituent un patrimoine commun exceptionnel à l’échelle régionale, voire nationale. Ce projet d’extension est tout simplement indispensable au maintien et à la transmission de ces monuments de la nature aux générations futures. Devant la qualité des documents étayant ce projet, et l’urgence de mieux préserver ces écosystèmes vulnérables, ce projet doit recevoir un avis favorable.

Pour ce qui est de la RNN du rocher de la Jacquette, le projet d’extension semble tout à fait logique et cohérent avec les enjeux de gestion. En effet, les secteurs concernés par le projet justifient un accompagnement et un appui que seul le statut de réserve naturelle peut procurer, avec des fonds dédiés et une animation locale sans lesquels certains milieux agropastoraux (en particulier les pelouses) ne peuvent se maintenir dans le contexte socio-économique actuel.

Oui à l’extension des deux réserves naturelles du Cézallier !

Nathanaël LEFEBVRE

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------