Contenu

Mortalités massives aiguës des abeilles et dangers sanitaires de 1ère catégorie

 

Toute constatation d’une mortalité massive aiguë ou suspicion de danger sanitaire de 1ère catégorie doit être déclarée à la Direction Départementale de la Protection des Populations (Tél. 04 73 42 14 96).

Une enquête sur le rucher concerné et des prélèvements pourront être réalisés pour rechercher la cause ou confirmer le diagnostic. Pour ce faire, il est fait appel aux vétérinaires (format pdf - 250.9 ko - 13/03/2019) compétents en apiculture et mandatés pour les missions de police sanitaire.

La confirmation de la présence d’un danger sanitaire de 1ère catégorie entraîne des mesures de police sanitaire visant à son éradication.

La destruction de colonies d’abeilles, matériel apicole, produits ou de denrées ordonnée par l’Administration est indemnisée après estimation des pertes subies par un expert (format pdf - 26.7 ko - 13/03/2019) apicole.

Information sur le petit coléoptère de la ruche

Consulter la plaquette Aethina tumida (format pdf - 2.2 Mo - 27/11/2018)

De nouveaux foyers d’Aethina tumida sont régulièrement détectés depuis le 16 septembre 2015 en Italie du Sud, région de Calabre. Pour plus d’information, cliquer sur http://www.plateforme-esa.fr/troubl...

La France est à ce jour indemne de ce parasite.

Les importations de reines, d’essaims ou de matériel apicole pouvant être à l’origine d’une contamination, il est recommandé de recourir aux filières agréées et sous contrôle sanitaire. Consulter les conditions sanitaires (format pdf - 60.9 ko - 03/12/2018) à respecter lors des mouvements d’abeilles depuis l’étranger

Aethina tumida ne présente pas de risque pour la santé publique. Il est en revanche redoutable pour les colonies d’abeilles, sa larve se nourrissant du couvain, du pain d’abeilles et du miel.

Aethina tumida est classé danger sanitaire de 1ère catégorie au même titre que la Loque américaine (Paenibacillus larvae), la Nosémose (Nosema apis) et le Tropilaelaps Spp. L’apiculteur doit immédiatement déclarer à la DDPP toute suspicion de l’une de ces maladies ou parasites.