Contenu

Mise à l’abri des occupants de la place du 1er-mai : point de situation

 

Une première opération de mise à l’abri des migrants installés place du 1er-mai à Clermont-Ferrand a débuté ce mardi 16 octobre 2018, comme cela avait été annoncé dès le vendredi 12 octobre.

Toutes les familles avec enfants, ainsi que plusieurs couples et femmes seules, recensés le 9 octobre 2018, se sont vus proposer une solution provisoire d’hébergement.

L’opération a permis la mise à l’abri de 95 personnes :

  • 58 dans un gymnase appartenant à l’État. La gestion de ce lieu d’hébergement a été confiée au Collectif Pauvreté Précarité (de la Fondation Abbé-Pierre), qui gère déjà plusieurs structures d’hébergement pour le compte de l’État dans le département.
  • 37 dans une résidence hôtelière à vocation sociale.
  • Une quinzaine de personnes ont refusé les propositions d’hébergement qui leur ont été faites.
  • La préfecture rappelle en outre que depuis l’installation du campement début septembre, 57 personnes ont été orientées par l’OFII dans différents CADA dans le département ou dans d’autres départements : elles ont d’ores et déjà été hébergées, ou le seront cette semaine.

Au total, près de 170 personnes ont déjà été mises à l’abri depuis le début du mois de septembre.

La mise à l’abri se poursuivra avec la mise à disposition dans les jours à venir d’un autre gymnase, appartenant à la ville de Clermont-Ferrand.

L’objectif final reste de trouver une solution d’hébergement provisoire pour les 251 personnes recensées place du 1er-Mai le 9 octobre dernier. Cette mise à l’abri doit permettre un examen administratif concomitant des situations individuelles et la réorientation vers des logements et hébergements plus pérennes ou pour les personnes en situation irrégulière leur départ du territoire français.

Le Préfet du Puy-de-Dôme tient à remercier les partenaires de l’État, institutionnels et associatifs, et de manière générale, les acteurs qui, dans un état d’esprit constructif, ont permis de mener à bien cette première opération et qui continuent de se mobiliser pour l’accompagnement des personnes mises à l’abri ou devant l’être.

Toutefois, le Préfet déplore le comportement systématiquement hostile adopté par une minorité de personnes se présentant comme « militantes », dont l’objectif est de faire obstacle au travail de mise à l’abri mené avec dévouement et professionnalisme par les services de l’État et leurs partenaires.

La désinformation, les propos agressifs vis-à-vis des services de l’État ou les comportements d’obstruction adoptés par certains nuisent au travail d’orientation et d’accompagnement, qui doit avoir lieu de manière constructive et sereine, dans le seul intérêt des personnes hébergées.

Le Préfet rappelle qu’un opérateur associatif expérimenté a été missionné par l’État pour accueillir et accompagner les personnes mises à l’abri dans les gymnases. Il lui réaffirme son entière confiance pour mener à bien cette mission.

Le dialogue se poursuit parallèlement avec les associations et c’est uniquement dans un cadre responsable et apaisé que des solutions peuvent être trouvées pour les personnes encore sans solution d’hébergement.

Le Préfet en appelle donc à la responsabilité de tous, chacun dans le cadre de ses prérogatives, avec pour seule préoccupation l’intérêt des personnes.