L’aménagement numérique et la DDT

Aujourd’hui samedi 17 novembre, des manifestations sont prévues dans le département du Puy-de-Dôme et entraînent des difficultés de circulation, notamment aux abords des autoroutes.

Contenu

Le rôle de la DDT

 
tranchee-mutualisation2

Faciliter le partage des infrastructures, ce qui implique une meilleure connaissance des réseaux existants (RANT).

Dans les coûts de mise en place d’un réseau de communications électroniques, on évalue la part du génie civil à 80 % du total. Loin devant le coût des équipements et de l’électronique, la majeure partie de l’argent investi sert à la construction des infrastructures physiques d’accueil des réseaux : ouverture de tranchées et pose de fourreaux pour les fibres optiques, édification de pylônes et points hauts pour les équipements radio.

Afin de réduire les coûts de déploiement des réseaux et ainsi optimiser la desserte des territoires, il est essentiel de favoriser la mutualisation des infrastructures d’accueil de ces réseaux.

L’enjeu est autant d’étendre la couverture des réseaux pour participer à la réduction des « zones blanches », que d’abaisser les coûts d’entrée pour les nouveaux opérateurs dans les zones déjà desservies afin de développer la concurrence.

Pour faciliter le déploiement de ces réseaux indispensables à l’expression de la concurrence, il est nécessaire de développer les approches de mutualisation. Il s’agit de favoriser l’accès aux infrastructures existantes mobilisables : gaines et fourreaux des réseaux d’électricité, de téléphone, de gaz, d’assainissement, de chauffage urbain, lignes électriques aériennes, réseaux routiers ou autoroutiers équipés. Il s’agit également de permettre l’utilisation partagée d’une même infrastructure par plusieurs opérateurs. La mobilisation des infrastructures existantes et l’exploitation partagée permettent notamment d’épargner aux riverains et usagers la gêne engendrée par une ouverture de chaussée, mais surtout d’éviter le coût de création d’une infrastructure nouvelle là où un réseau existant peut être mis à profit, ou de répartir le coût de l’infrastructure entre plusieurs acteurs.




Conseiller utilement les collectivités territoriales, tant en ce qui concerne la gestion de leurs voiries que la décision de déployer des infrastructures de télécommunications.

La DDT met a profit ses compétences dans les domaines où elle bénéficie d’une implication de longue date : aménagement du territoire, réseaux, connaissance et gestion du domaine public, appui territorial, aide aux collectivités...

Elle s’appuie sur son réseau scientifique et technique qui dispose de compétences sur les questions de communications électroniques, et assume un rôle d’expertise dans des métiers devant intégrer la dimension haut débit : aménagement, urbanisme, habitat :