Contenu

Le Puy-de-Dôme, département pilote pour la mise en place du SNU

 

Dès la présentation du futur service national universel, un groupe de travail national était constitué afin de proposer un dispositif opérationnel, après plusieurs phases d’auditions des organisations de jeunesse et des acteurs associatifs et de consultation des jeunes dans les territoires, jusqu’en septembre 2018.

Dans le Puy-de-Dôme, dès le mois d’octobre, les services de l’Etat et du rectorat se sont mobilisés pour répertorier les possibilités d’accueil des jeunes, et pour poser le cadre d’une expérimentation du SNU dans le Puy-de-Dôme. Les premiers jalons étaient posés après consultation des maires, du réseau jeunesse, des représentants des jeunes. Deux sites étaient identifiés Orcines et Le Chambon sur Lac.

Lundi 14 janvier 2019, Gabriel ATTAL, secrétaire d’État auprès du ministre de l’éducation nationale et de la jeunesse, est venu à la rencontre du groupe de préfiguration départemental afin d’échanger sur l’avancement de leurs travaux.

La mission d’expérimentation confiée au Puy-de-Dôme et à 12 autres départements a été confirmée par le secrétaire d’Etat le 17 janvier 2019. Ces départements ont pour mission d’organiser dès cette année l’accueil de jeunes dans les conditions préconisées par le groupe de travail national.

Concrètement, dans le Puy-de-Dôme, 120 jeunes de 16 ans seront accueillis du 16 au 28 juin 2019 pour tester la première phase d’accueil en hébergement collectif au centre IGESA d’Orcines. Ils seront issus d’autres départements préfigurateurs, tandis que les jeunes Puy-Dômois seront orientés vers d’autres départements.

Cette période s’intégrera, dans le futur SNU, dans la première phase d’une durée d’un mois maximum, qui sera l’aboutissement du parcours citoyen débuté à l’école primaire et poursuivi au collège. Ce séjour promeut les valeurs républicaines au travers de l’expérience de la vie collective. A terme, cette phase sera obligatoire.

Les 14 jours permettront la réalisation de bilans personnels : bilan de santé, évaluation des apprentissages fondamentaux de la langue française, premier bilan de compétences. Des activités seront organisés en groupe sur les thématiques de la défense et de la sécurité, de la citoyenneté et des institutions, de l’autonomie et de la connaissance des droits, du développement durable et de la transition écologique, des activités physiques, sportives et de cohésion, de la découverte de l’engagement, de la culture et du patrimoine.

La suite : la seconde phase du SNU s’inscrit dans la continuité de la phase 1 avec une mission de 12 jours consécutifs ou 84 heures perlées réalisées dès l’été 2019 ou au cours de l’année scolaire 2019-2020. Des jeunes détectés en difficultés pendant le séjour de cohésion se verront proposer des dispositifs de remédiation (garantie jeune, école de la seconde chance…). Cette période d’engagement aura un caractère obligatoire. La mission d’intérêt général pourra être effectuée dans des domaines divers : défense et sécurité nationales, solidarité, santé, éducation, culture, sport, environnement et développement durable, mémoire et citoyenneté, développement international et action humanitaire. Ces missions pourront être individuelles ou collectives.