Contenu

Le programme national des commémorations 2018 lancé à Clermont-Ferrand

 

Le Ministre de l’Education nationale, Jean-Michel BLANQUER et la Secrétaire d’Etat auprès de la Ministre des Armées, Geneviève DARRIEUSSECQ, ont annoncé le 18 septembre à Clermont-Ferrand le programme national des commémorations du centenaire de la Première Guerre Mondiale et de l’Armistice de novembre 1918.

Évoquer la Première Guerre mondiale en France, c’est avant tout penser aux territoires marqués par les combats, dans le nord et dans l’est de la France : Verdun, la Somme, les Flandres, le Chemin des Dames, la Marne, font surgir des images de régions dévastées par les combats, de longue reconstruction dans les
années d’après guerre. C’était ainsi une évidence pour ces territoires de s’impliquer profondément dans le Centenaire depuis 2013.

Ils n’ont cependant pas été les seuls à s’inscrire dans la dynamique commémorative du centenaire de la Première Guerre mondiale : les territoires dits « de l’arrière » ont affirmé leur volonté de participer à cet élan national, en proposant plusieurs milliers de projets à la labellisation. Cycles commémoratifs portés par les collectivités territoriales, projets pédagogiques réalisés avec les élèves de tous les niveaux, expositions, colloques ou publications proposés par des sociétés savantes, des associations de passionnés d’histoire… ils sont si nombreux à s’être investis dans ce cycle commémoratif du centenaire de la Grande Guerre que les nommer tous relève de la gageure.

Ainsi, lancer le programme national commémoratif 2018 à Clermont-Ferrand est une manière de rendre hommage à tous ceux qui font le Centenaire depuis 2013, partout en France métropolitaine, dans les départements d’outre-mer, et par les Français de l’étranger. Il n’était pas possible de lancer le dernier acte du Centenaire dans toutes les communes de France : Clermont-Ferrand, une ville industrielle qui contribua
nettement à l’effort de guerre, située dans une région, Auvergne-Rhône-Alpes, qui envoya au front nombre d’hommes et continua de cultiver la terre malgré leur absence, a donc été retenue pour symboliser l’engagement des territoires dans la Grande Guerre et son Centenaire.

La Grande Guerre a touché l’ensemble de la société française, et aujourd’hui, la société française rend hommage à la France de 1918, sur tout le territoire.