Contenu

Fièvre catarrhale ovine de sérotype 4 : la France est en zone réglementée

 

En novembre dernier, un premier cas de virus sérotype 4 (BTV4) a été détecté en France continentale sur un bovin provenant de Haute-Savoie.

Une stratégie d’éradication a été appliquée pendant deux mois.

Malgré les mesures sanitaires mises en place, aujourd’hui 87 cas ont été détectés (77 en Haute-Savoie) et 10 suspicions sont en cours (9 dans l’Ain).

Par conséquent, l’épidémiologie et l’analyse coûts-bénéfices conduisent à renoncer à la stratégie initiale d’éradication au profit de l’extension de la zone réglementée BTV4 à l’ensemble du territoire continental avec priorisation de la vaccination à certaines catégories d’animaux (ovins, échanges, exports...). Cette évolution a été approuvée par le CNOPSAV (Conseil National d’Orientation de la Politique Sanitaire Animale et Végétale) lors de sa réunion du 21 décembre.

Le passage de l’ensemble du territoire continental en zone réglementée BTV4 conduit aux mesures suivantes :
- les animaux peuvent circuler librement sur le territoire national, comme c’est déjà le cas pour BTV8 ;
- la vaccination BTV4 devient volontaire, comme pour le BTV8. Les doses vaccinales achetées par l’État en novembre et décembre, dans un objectif d’éradication, sont mises à disposition des éleveurs gratuitement jusqu’à épuisement du stock. Les modalités de répartition des vaccins, en fonction de leur disponibilité, sont en cours de définition dans le cadre d’une concertation avec l’interprofession ;
- compte tenu des accords bilatéraux en cours, les échanges d’animaux vers l’Espagne ou l’Italie (qui représentent 80% des flux exports d’animaux depuis la France) sont faiblement impactés ;
- les discussions avec certains pays tiers (notamment avec l’Algérie) ont eu lieu tout début janvier pour permettre le maintien des exportations.

Ce nouveau dispositif a été traduit dans un arrêté ministériel paru au JORF du 31 décembre 2017, avec entrée en vigueur au 1er janvier 2018.