Contenu

Dynamique fluviale

De la divagation à l’espace de liberté...

La dynamique naturelle des fleuves et rivières est connue depuis longtemps. On sait que la force de l’eau creuse les rives concaves et que les sédiments s’accumulent dans les rives convexes. La géographie, la géologie, l’hydrologie, toutes ces sciences montrent que le lit des cours d’eau a considérablement varié dans le temps.
Mais de l’élaboration de la théorie "scolaire" à la prise de conscience réelle des enjeux d’aménagement du territoire qui en découlent, il a fallu beaucoup de temps. Ce phénomène a d’abord été ressenti comme un problème à maîtriser (le terme "divagation" correspond bien à cette perception). Mais après plusieurs siècles de grands travaux contre les crues, on a compris que la dynamique naturelle ne peut être contrainte à long terme ou à grande échelle, et que la nature "reprend toujours ses droits". Si l’énergie d’un cours d’eau ne peut se disperser sur un tronçon ou elle est contrainte par des digues, des enrochements, elle entraîne un surcreusement du lit et d’autres dégâts à l’aval.

La restauration de l’espace de mobilité des grands cours d’eau en général, et de l’Allier, en particulier est une préoccupation relativement récente, mais forte, et constitue un enjeu majeur du SDAGE (Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux) Loire-Bretagne. Mais ce nouvel objectif se heurte souvent aux objectifs de protection des personnes et des biens et aux pratiques d’artificialisation et de fixation du lit des cours d’eau à risques d’inondation. Des études pour préciser les enjeux et proposer des solutions sont réalisées dans le cadre des SAGE (Schémas d’Aménagement et de Gestion des Eaux) Allier, Alagnon et Dore qui mèneront à une cartographie distinguant l’espace où cette mobilité doit être préservée et les points particuliers où des enjeux de protection majeurs nécessiteront la pérennisation d’équipements empêchant cette dynamique naturelle.

Pour plus d’information :