Contenu

Deuxième comité de suivi LUXFER

 

Le 26 novembre 2018, le groupe LUXFER GAS CYLINDERS a annoncé sa décision de fermer son usine de GERZAT, spécialisée dans la fabrication de bouteilles forgées haute pression en aluminium.

 

Cette décision a notamment entraîné la mise en place d’un Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) pour les 136 salariés du site.

Un comité de suivi, souhaité par les élus locaux, a été mis en place par la Préfecture du Puy-de-Dôme le 18 janvier dernier. Il s’est réuni pour la seconde fois, sous la présidence d’Anne-Gaëlle BAUDOUIN-CLERC, préfète du Puy de Dôme, ce mardi 19 février 2019.

Ce comité a pour principal objet de partager l’information avec l’ensemble des parties prenantes sur les démarches engagées pour une réindustrialisation du site ou la recherche de solutions de reconversion.

À l’occasion de cette réunion, l’entreprise LUXFER a confirmé qu’elle n’entendait pas donner suite aux propositions faites par les salariés et qu’elle maintenait le principe et le calendrier de fermeture du site.

Une priorité est aujourd’hui donnée par l’État et les collectivités à la recherche d’une solution de reconversion. LUXFER a rappelé avoir engagé, de façon volontaire, une recherche de repreneur afin de recréer une activité industrielle sur le site.

Une recherche de repreneur élargie

La prospection a été lancée prioritairement sur des secteurs d’activité dans lesquels les compétences du personnel de l’entreprise pourraient être valorisées (transformation des métaux, forge, extrusion, traitement thermique,…).

Suite aux différents échanges qui se sont mis en place, tant avec les salariés qu’avec les services de l’État, la direction du groupe LUXFER a aujourd’hui accepté d’ouvrir cette démarche à des entreprises concurrentes, dès lors qu’elles se limiteraient à la production de bouteilles de type 1 (aluminium).

Madame la Préfète du Puy-de-Dôme a, lors du comité de suivi, indiqué qu’elle demanderait par écrit au groupe LUXFER de « supprimer toutes les restrictions liées à l’arrivée potentielle d’un concurrent sur site et ainsi, à élargir au maximum les hypothèses de recherche d’un repreneur, dans l’intérêt des salariés et du territoire ».

Obligations environnementales pour l’entreprise

L’État et les collectivités ont confirmé leur vigilance au regard des conséquences environnementales de l’exploitation du site.

Un arrêté préfectoral sera pris avant la fin de la semaine imposant au groupe LUXFER une investigation visant à identifier d’éventuelles pollutions présentes dans les sols pour définir les travaux qui seront nécessaires en fonction des usages futurs du site.

La préfète a par ailleurs invité les parties prenantes, entreprise et salariés, à la reprise de la discussion dans le cadre du PSE afin que l’accompagnement des salariés puisse se réaliser dans les meilleures conditions possibles en vue de leur reclassement professionnel.