Espèces protégées

En raison des intempéries et de l’épisode neigeux qui touchent l’Est de la région Auvergne Rhône Alpes, une mesure d’interdiction de circulation a été prise à partir du 14 novembre 2019 à midi.

Contenu

Cellule de veille Loup, peu d’indices dans le Puy-de-Dôme

 

Dans le cadre du suivi départemental du loup, Anne-Gaëlle BAUDOUIN-CLERC, Préfète du Puy-de-Dôme, a réuni le 27 juin la cellule de veille dans le cadre du plan d’action national sur le loup 2018-2023. Cette cellule s’était réunie pour la première fois en préfecture le 6 avril 2018.

Composée de représentants des services de l’État, du Conseil départemental, d’élus, des professions agricoles et forestière, des Parcs naturels régionaux, des associations de protection de la nature, des représentants des chasseurs et des lieutenants de louveterie, cette cellule a pour mission principale le suivi de la présence du loup (relevés d’indices, expertise des témoignages, création éventuelle d’un réseau d’observateurs) ainsi que la diffusion d’une information transparente et objective auprès du public.

Cette réunion a été l’occasion de faire un rappel sur les caractéristiques biologiques de l’espèce, ainsi que des méthodes de suivi de la population lupine déployées par l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS).

Elle a permis de présenter le réseau des correspondants dans le département, les formations mises en place en 2018 et 2019, leur rôle dans la collecte des indices.

L’ONCFS a également fait un point sur les indices de présence et sur les signalements de constats de dommages. Les indices collectés en 2019 n’ont pas permis de mettre en évidence une présence du loup sur le département.

Enfin, ce comité a été l’occasion de dresser le bilan du suivi hivernal 2018-2019 et la forte progression de l’espèce au niveau national : le seuil des 500 loups, qui constituerait le seuil de viabilité de l’espèce, est déjà atteint alors qu’il était prévu pour 2023.
L’estimation de sortie hivernale est comprise dans une fourchette de 477 à 576 individus, soit une estimation moyenne de 527 animaux. Ceci conduit à des évolutions du plan national d’action sur le loup 2018-2023.

Les services de l’État suivent le dossier avec attention et en cas d’attaque avérée par un loup sur un troupeau domestique, les premières mesures seront mises en œuvre comme l’indemnisation des victimes, la protection des troupeaux, l’effarouchement du loup voire des autorisations de tir de défense.