Contenu

Agriculture : la Préfète réunit une cellule de crise sécheresse

 

Anne-Gaëlle BAUDOUIN-CLERC, Préfète du Puy-de-Dôme a réuni ce 25 juillet 2019 une cellule de crise sécheresse. Étaient associés à cette cellule les représentants de la profession agricole, les collectivités locales, les banques, la MSA et plusieurs coopératives agricoles avec pour objectifs :

  • dresser un constat partagé de l’impact des conditions climatiques exceptionnelles sur les productions agricoles du département,
  • rappeler les dispositifs d’ores et déjà existants pour soutenir les agriculteurs face à la sécheresse,
  • identifier les aides à mettre en place à court et moyen termes.

Un impact important sur les productions

Le manque de précipitations et les fortes chaleurs à répétitions ont, au fil des mois, réduit le taux d’humidité des sols, asséché les cours d’eau et les nappes phréatiques. Les conséquences de ce manque d’eau s’observent sur les productions fourragères où les pertes de récolte sur prairie peuvent dépasser les 80 %, privant les troupeaux de nourriture. Il est constaté ces derniers mois une baisse de la production laitière en volume, un ralentissement de l’engraissement des animaux ainsi qu’une décapitalisation des cheptels. La diminution des rendements se fait également ressentir dans le Puy-de-Dôme sur les grandes cultures, avec des pertes supérieures à 20 %.

Des aides existantes et à venir...

Pour faire face à cette crise, la Préfète a rappelé les dispositifs existants et à venir pour aider le monde agricole sévèrement touché par la sécheresse.

L’État a obtenu il y a quelques semaines de la part de la Commission européenne, la possibilité pour les éleveurs de faucher ou faire pâturer leurs jachères tout en conservant leur caractère de surface d’intérêt écologique dans le cadre des aides PAC. Cette mesure est d’ores et déjà mise en œuvre dans le Puy-de­ Dôme.

La Mutualité Sociale Agricole se mobilise de son côté en mettant en place un dispositif de prise en charge partielle de cotisations.

Le 22 juillet, le Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a annoncé une série de mesures exceptionnelles à venir avec :

  • l’organisation des flux entre départements disposant de fourrages et ceux en pénurie ;
  • l’avance sur les aides PAC 2020 effectuée dès le 16 octobre se fera à un taux de 70 % contre 50 % habituellement ;
  • le versement d’indemnités dans le cadre des calamités agricoles et le dégrèvement de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations concernées ;
  • l’organisation d’une consultation élargie sur les voies d’amélioration des outils de gestion des risques en agriculture, avec pour objectif la généralisation de la couverture des agriculteurs face aux risques climatiques.

Dans le Puy-de-Dôme, plusieurs procédures de reconnaissance au titre des calamités agricoles sont engagées et ont fait l’objet déjà fait l’objet de plusieurs visites de terrains notamment les pertes sur les fourrages. Des demandes sont également en cours pour les piscicultures et les producteurs de plantes à parfum, aromatiques et médicinales.

De leur côté, les partenaires bancaires se sont engagés à proposer des taux privilégiés pour l’achat de fourrage et des reports d’échéances pour les prêts.

Les collectivités présentent ont évoqué leur préoccupation face à la situation de crise rencontrée.

Enfin, la Direction départementale des territoires va réunir dès le début du mois de septembre la cellule d’identification et d’accompagnement des exploitations en difficulté pour suivre au plus près les agriculteurs touchés. Une prochaine cellule de crise se réunira mi-septembre.